Interventions et prises de position

Vous trouverez ci-dessous les dernières prises de position de Jean-Pierre Sueur.

Pour celles des années 2006 à 2008, vous les trouverez sur le blog de Jean-Pierre Sueur.

Arpentant les marchés du quai du Roi et de la Madeleine à Orléans aux côtés de Corinne Leveleux-Teixeira, je défends avec elle nos idées et les projets pour Orléans qui nous tiennent à cœur.
C’est l’occasion de nombreux dialogues.
Je mesure que le contexte national est dans tous les esprits : les affaires d’écoute, après d’autres affaires, suscitent à juste titre l’indignation. Je vois bien que certains voudraient répondre à ce contexte national par l’abstention. Je réponds qu’il ne faut pas tout mélanger. Qu’il y ait eu des pratiques et des affaires scandaleuses et indéfendables, c’est vrai. La justice doit accomplir son office. Mais, de grâce, ne mettons pas tout le monde dans le même sac.
Il y a en France 550 000 élus locaux. Il y en a des milliers dans le Loiret. J’en connais beaucoup. La plupart d’entre eux exercent leur fonction avec probité et dévouement. La grande majorité des candidats aux municipales partagent le même état d’esprit. Ils ne méritent pas que l’on se détourne d’eux pour des agissements qui ne leur sont en rien imputables.
De même, il est clair que la politique que mène le président de la République et son gouvernement est courageuse et difficile. Qui prétendra sérieusement qu’il ne faut pas aujourd’hui réduire la dette et les déficits, restaurer la croissance, regagner des parts de commerce extérieur et accroître notre compétitivité pour créer des emplois ?
Cette politique qui est nécessaire et courageuse et qui n’a jamais été menée auparavant, ne doit pas détourner du vote pour les candidats socialistes et écologistes qui, à Orléans, comme dans les autres villes du Loiret, défendent avec toute la force de leur conviction une politique municipale fondée sur la justice, la qualité de la vie du plus grand nombre, la participation active des citoyens à la vie de la cité et la présence de services publics rénovés et efficaces.

Jean-Pierre Sueur

.

Par une question écrite, Jean-Pierre Sueur avait appelé l'attention de Vincent Peillon, ministre de l'éducation nationale, sur la prise en charge des frais de scolarisation par une commune lors d'un déménagement en cours d'année scolaire. Vincent Peillon lui a répondu.

>> Lire la question écrite et la réponse

 

.

Jean-Pierre Sueur était l'invité de l'émission "Objections" de Médiapart. Il était interviewé par Hubert Huertas et Michaël Hajdenberg à propos de la loi sur les sondages.

>> Lire l'article de Médiapart

>> Voir la vidéo Jean-Pierre Sueur : «Il y a une pression très... par Mediapart

 

.

140305MAF Loiret SénatJean-Pierre Sueur a accueilli ce mercredi 5 mars au Sénat les jeunes apprentis du Loiret qui ont reçu le titre de « meilleur apprenti de France ».
Il s’agit de :
- trois apprentis du lycée horticole de La Mouillère à Orléans : Léa Javoy et Lucie Durand en fleuristerie et Antoine Avallart en paysage ;
- d’un apprenti du CFAI de La Chapelle-Saint-Mesmin : Sébastien Bonnet-Piecoup en tournage en commande manuelle ;
- et de deux apprentis en couverture : Vincent Launoy et Pierre Pommereau, originaires du Loiret, ayant fait leur formation dans un autre département.

Sur la photo ci-dessus, de gauche à droite François Rigault, président du jury, Antoine Avallart, Lucie Durand, Jean-Pierre Sueur, Léa Javoy, Jean-Yves Nicolas, maître d'apprentissage, Sébastien Bonnet-Piecoup, Vincent Launoy, Pierre Pommereau et Laurent Calmanovici, maître d’apprentissage.

.

Depuis 2006, Jean-Pierre Sueur se bat pour la revalorisation, chaque année, des sommes versées par les souscripteurs au titre des contrats-obsèques.
Les péripéties ont été nombreuses… avant qu’un article de loi soit enfin adopté en 2013 dans le cadre de la loi bancaire.
Mais l’application de cet article de loi supposait la parution d’un arrêté.
Celui-ci ne venant pas, Jean-Pierre Sueur avait interpellé le gouvernement par une question écrite.
L’arrêté est enfin paru le 17 février. La loi va donc s’appliquer. Et la revalorisation annuelle va entrer dans les faits.
Lire :
>> L’arrêté du 17 février
>> L’article 2223-34-1 introduit par la loi bancaire dans le Code général des collectivités territoriales
>> La question écrite

.