Interventions et prises de position

Vous trouverez ci-dessous les dernières prises de position de Jean-Pierre Sueur.

Pour celles des années 2006 à 2008, vous les trouverez sur le blog de Jean-Pierre Sueur.

Jean-Pierre Sueur a posé à Jacques Mézard, ministre de la cohésion des territoires, une question écrite relative aux conséquences des impayés d'eau pour les communes.

>> Lire la question écrite

J’ai souvent écrit mon estime pour le travail d’édition mené avec ténacité – et avec un grand amour de la littérature – par Jean-Louis Pierre, créateur des éditions « La guêpine », situées à Loches.

Une nouvelle illustration de ce travail de grande qualité nous est offerte avec la parution d’un texte inédit de Charles Louis-Combet, écrivain trop peu connu, qui a, au travers de nombreux livres, mené ce que j’appellerai une « quête de l’intime » en un style somptueux, de haute lignée.

Ce texte inédit  s’intitule : Charles Péguy, l’initiation.

Charles Louis-Combet nous conte comment alors qu’adolescent il était fasciné par l’un de ses camarades appelé « l’Ange musicien », il fut successivement subjugué par la découverte des Fleurs du mal de Baudelaire et du Mystère des Saints Innocents de Péguy.

Charles Louis-Combet nous invite donc à le suivre – une fois encore – dans un cheminement intime fait d’angoisses, de désillusions, d’enthousiasmes et de découvertes.

Il s’interroge sur la question de savoir si Le Mystère des Saints Innocents « agirait comme un antidote ou me confirmerait dans une soumission à la tentation baudelairienne. »

Peu à peu, il est emporté, « saisi », par le style de Péguy – « par la singularité de l’expression, mais absorbé, en même temps, par la simplicité, la familiarité même de la vision et de la pensée. »

Et il écrit : « Ce n’était pas l’idée mais la forme de l’idée qui tout à la fois m’éveillait et me déchirait. » Et encore : « Ma première lecture de Péguy s’imposa d’emblée, pour moi, comme une initiation au rythme (…) J’étais mû, constamment, par le rythme, par la modulation inépuisable du souffle, qui s’associait, en mon esprit, à ce que je connaissais par ailleurs, grâce à la pratique du chant grégorien. J’ai éprouvé tout de suite la composante physique de la prosodie de Péguy, ses assises de chair, de respiration, de circulation du sang et souplesse des muscles. »

Enfin, Claude Louis-Combet nous restitue sa découverte d’Ève – chef d’œuvre de Charles Péguy, malheureusement trop méconnu – avec un remarquable enthousiasme :« Je retrouvais dans Ève, mais comme porté à l’infini, ce qui m’avait émerveillé dans les Tapisseries : une allure de légion en marche, de piétinement cadencé, obstiné, irrésistible (…) Je retrouvais par là, et ne me privais pas de goûter, dans le prolongement des Mystères, une épaisseur charnelle de verbe, un souffle physique de rythme, une respiration rappelant à tout moment que le poème est œuvre du corps. »

Oui, il faut remercier Jean-Louis Pierre de nous offrir ce texte, l’un des plus pénétrants qu’il m’ait été donné de lire sur l’écriture de Charles Péguy.

Jean-Pierre Sueur

Jean-Pierre Sueur a publié un compte-rendu complet de son mandat de sénateur concernant les six années de ce mandat, de 2011 à 2017.

>> Télécharger la compte-rendu de mandat (40 pages, en PDF)

La bibliothèque Marguerite-Durand, consacrée à « l’histoire des femmes et des mouvements féministes » à Paris, étant menacée de « relocalisation », ce qui risquerait à terme d’entraîner sa perte d’identité, voire sa disparition, Jean-Pierre Sueur a écrit à Anne Hidalgo, maire de Paris.

Lire :

>> La lettre adressée à Anne Hidalgo

>> Le courriel du Collectif de défense de la bibliothèque Marguerite-Durand

Jean-Pierre Sueur a posé au ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, la question suivante relative aux conditions d’éligibilité au Fonds de soutien à l’investissement local (FSIL) :

M. Jean-Pierre Sueur appelle l’attention de M. le ministre de l’Intérieur sur les conditions d’éligibilité au Fonds de soutien à l’investissement local (FSIL). Sont actuellement éligibles à ce fonds les communes ou les établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre. Or, il se trouve que des syndicats de communes n’ayant pas de fiscalité propre peuvent se trouver dans l’obligation d’effectuer des investissements pour lesquels une subvention du FSIL serait très précieuse. C’est, en particulier, le cas de syndicats scolaires ou de syndicats assurant la gestion de l’eau. Il apparaît, en effet, inéquitable que, lorsqu’une commune réalise des travaux dans une école, elle peut bénéficier d’un concours au titre du FSIL alors que cela est impossible s’il s’agit d’une école relevant de plusieurs communes et dont la gestion relève d’un syndicat intercommunal. Il lui demande en conséquence s’il ne lui paraîtrait pas justifié et souhaitable de donner aux préfets la possibilité de faire bénéficier, dans de telles circonstances, ces syndicats de communes de subventions au titre du FSIL.

Page 81 sur 545