Jean Pierre Sueur - Sénateur du Loiret

Après les sénatoriales

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimer

Lundi, 29 Septembre 2014 16:32

1) Les élections sénatoriales du 28 septembre se sont traduites par une nouvelle alternance au Sénat. Ce n’est pas la « vague bleue » annoncée. Mais c’est un changement de majorité clair. Celui-ci s’explique largement par « l’effet municipales ». 95 % des grands électeurs qui ont voté dimanche sont des élus des communes. On retrouve donc fort logiquement dans l’urne sénatoriale les résultats des élections municipales.

2) Lorsqu’on connaît une défaite, il faut toujours en chercher les raisons et en tirer les conséquences. Les candidats de gauche ont payé la politique actuellement mise en œuvre qui, pour nécessaire qu’elle soit, n’est pas toujours facile à défendre et n’a pas toujours été suffisamment expliquée. Nous avons décidé de réduire une dette beaucoup trop forte, de maîtriser les dépenses publiques, de diminuer les charges des entreprises pour accroître la compétitivité, et donc créer les conditions de la création d’emploi. Je le redis, tout cela est nécessaire. Rien de cela n’avait été fait au cours des dernières années. Sinon nous n’aurions pas eu à le faire. Et nous subissons les conséquences d’une politique pourtant courageuse.

3) Autre leçon dont parlent tous les élus – et ceux qui ne l’ont pas été – qui ont fait d’intenses campagnes de terrain, commune après commune. Nous payons le prix des contradictions, des « allers et retours », des revirements sur la réforme territoriale et les collectivités locales – et cela en dépit d’un certain nombre de mesures positives adoptées, en particulier, par le Sénat. Il faut en tirer les conséquences et en revenir, me semble-t-il, à un discours clair. Celui-ci pourrait s’articuler autour de trois points :

• Des régions fortes. Ce qui ne signifie pas forcément pour moi des régions immenses. La force d’une région ne dépend pas du nombre de ses hectares. Mais des régions qui – à l’instar des régions allemandes – puissent œuvrer efficacement, et avec des moyens suffisants, pour l’économie, la création et le développement des entreprises et pour l’emploi.

• Des communautés fortes. Cela suppose de conforter les communautés urbaines et d’agglomération, mais aussi les communautés de communes. Pour ces dernières, il a été proposé d’accroître la taille critique de chacune d’entre elles. Une population de 20 000 habitants a été évoquée. Si cela me paraît aller dans le bon sens, je pense qu’il ne faut pas se braquer sur un chiffre, mais prévoir les adaptations nécessaires par rapport à des espaces ruraux moins peuplés ou à des zones de montagne.

• Pour ce qui est des départements, on peut imaginer une nouvelle organisation territoriale qui reposerait sur des régions fortes et des communautés fortes, qui reprendraient les unes et les autres un certain nombre de compétences des départements. Mais cela demandera du temps et il faut bâtir cette nouvelle organisation en dialogue avec les élus des départements. Et se déprendre de l’idée que la configuration doit être la même partout. Cessons de décentraliser de manière centralisée.

4) Ces élections ont été – comme toujours – pour nombre de commentateurs, l’occasion de remettre en cause le Sénat. Le Sénat doit, certes, continuer à évoluer. Et il est juste de dire qu’il a évolué au cours de ces trois dernières années, en diminuant et en maîtrisant nombre de ses coûts de fonctionnement. Cette évolution doit se poursuivre. Mais le point principal est celui du bicamérisme qui est, pour moi, une absolue nécessité si l’on veut faire des lois de qualité. La « navette », qui permet de peaufiner et d’améliorer constamment le texte est indispensable pour bien écrire la loi. Je rappelle que davantage d’amendements issus du Sénat que de l’Assemblée Nationale ont été incorporés dans les lois votées au cours de ces dernières années. Cette remarque n’est pas négligeable. Je suis opposé à la banalisation de ce qu’on appelle « la procédure accélérée » qui réduit le débat parlementaire à un seul examen dans chaque chambre du Parlement. Il faut sans doute moins de lois. Mais il faut disposer des moyens de bien les faire, et cela passe par le bicamérisme. Écrire de bonnes lois suppose du temps. Le bon travail législatif ressemble – au travers des navettes – à la mer qui peu à peu polit le galet. N’oublions pas que chaque ligne et chaque mot de la loi s’appliquent, souvent pour des décennies, à tous les citoyens français.

5) Le sujet sur lequel les journalistes nous ont le plus interrogés et qui a suscité le plus de commentaires est l’entrée de deux sénateurs élus du Front national au Sénat. L’un d’entre eux a dit qu’après toutes les portes qui ont été ouvertes
– dont celles du Sénat –, il ne reste plus qu’une porte à ouvrir, celle de l’Élysée. Qu’on me comprenne bien : dès lors qu’un parti obtient des voix, il est juste qu’il soit représenté dans nos assemblées. Mais je persiste à dire à nos concitoyens de se ressaisir et de réagir au moment où nombre d’entre eux finissent par trouver « normal » et « naturel » que le Front national figure au second tour des élections présidentielles. Je persiste à dire que les thèses de ce parti sont en opposition à certaines des valeurs les plus fondamentales de la République. Je persiste à dire que son programme nous couperait de l’Europe, nous plongerait dans le protectionnisme, dans l’isolement et, par conséquent, dans une crise dont on n’a pas idée. Ne banalisons pas des thèses qui sont dangereuses. J’appelle à la vigilance et au sursaut.

Jean-Pierre SUEUR
Président de la commission des lois du Sénat
Sénateur du Loiret

 

Le livre sur Augustin Cornu est paru

Écrit par Jean-Pierre Sueur

cornu richardRencontre(s). Augustin Cornu, homme de culture et militant passionné – tel est le titre du livre consacré à Augustin Cornu, adjoint à la culture à Orléans de 1989 à 2001, qui vient de paraître.
Je tiens à remercier très sincèrement Daniel Richard à qui nous devons cet ouvrage qui rassemble de précieux témoignages, ainsi que des extraits des interventions d’Augustin Cornu en conseil municipal et permet de mesurer la force d’une action culturelle, de projets et de réalisations culturelles qui vivent encore aujourd’hui.
C’est un livre sur un homme qui nous aura marqués, qui aura marqué notre ville et pour qui la culture n’avait de sens que si elle était rencontre avec autrui et si elle n’était pas figée. Augustin Cornu aimait la culture en mouvement.

Jean-Pierre Sueur

>> Ce livre est en vente dans les librairies Les Temps modernes et Passion Culture à Orléans et auprès de Daniel Richard, 26 rue des Pensées, 45000 Orléans, au prix de 12,50 euros.

>> Lire la préface de Jean-Pierre Sueur
>> Dans la presse :
La République du Centre
Apostrophe 45

 

« Pour une nouvelle urbanité »

Lundi, 22 Septembre 2014 09:50

La contribution de Jean-Pierre Sueur aux Universités de l’architecture.
En prélude aux Universités de l’architecture qui se tiennent à Marseille le 16 octobre prochain, Jean-Pierre Sueur a apporté sa contribution aux débats avec un texte intitulé « Pour une nouvelle urbanité » publié sur le site dédié à cet événement.
>> Lire la contribution

 

« Les mondes perdus de Charles Péguy » par Éric Thiers

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimer

Lundi, 22 Septembre 2014 09:23

thiersJe signale l’article très éclairant d’Éric Thiers paru dans le dernier numéro de la revue Mil neuf cent consacré au thème de l’« Âge d’or », qui, sous le titre « Les mondes perdus de Charles Péguy », analyse les rapports de Péguy à l’histoire et au temps.
Éric Thiers rappelle que, fortement inspiré par Henri Bergson, Péguy considère, dans Clio, que « les durées des peuples et la durée du monde, durées réelles, ne connaissent pas un écoulement homogène ». Le temps n’est donc pas pour lui « une élévation continue ». Une bonne partie de son œuvre est une réflexion sur le progrès par laquelle il s’emploie, pour reprendre les termes d’Emmanuel Mounier, à « échapper au préjugé du progrès nécessaire, ce dogmatisme de l’avenir ».
Éric Thiers nous montre ainsi que « la dégradation du dreyfusisme est la grande histoire de sa vie ». Ce sera le thème de Notre Jeunesse.
Il revient aussi sur le culte du progrès qui caractérise pour Péguy le « monde moderne » au mépris de la vérité historique – un monde moderne profondément marqué par « la domination absolue de l’argent ».
Enfin, l’article d’Éric Thiers revient sur les utopies de Péguy et notamment l’un de ses premiers textes, Marcel. Premier dialogue sur la cité harmonieuse auquel il montre que répond le dernier livre publié de son vivant par Charles Péguy, Ève, citant l’analyse de Pie Duployé : « La cité harmonieuse, c’est la réplique laïcisée de la vie édénique et une anticipation de la vie paradisiaque. Ève c’est l’évocation d’une "création naissante et sans mémoire""les jours de bonheur étaient comme un seul jour" (…) La Cité harmonieuse est-elle une anticipation de la cité céleste ou faut-il considérer le paradis de Péguy comme l’accomplissement de la cité harmonieuse ? (…) Au plan symbolique où nous sommes placés, peu importe. Il y a une permanence des symboles. »

Jean-Pierre Sueur

 

Réunion des parlements d’Europe

Lundi, 22 Septembre 2014 09:11

Jean-Pierre Sueur a participé le 17 septembre à l’Assemblée Nationale à une réunion des représentants des assemblées parlementaires de seize pays de l’Union européenne consacrée au futur Parquet européen et à la protection des données personnelles.
J'ai cosigné et participé à la rédaction des deux déclarations communes publiées à l’issue de cette rencontre.
>> Lire les deux déclarations

 

Roger Toulouse : les 25 premières années

Une exposition à ne pas manquer au Musée des Beaux-Arts d’Orléans
ZSTN-9170-Affiche expo RogerToulouse 2014Roger Toulouse est un immense artiste. A ceux qui en douteraient, je conseille d’aller admirer sans tarder l’exposition conçue par Bénédicte de Donker au Musée des Beaux-Arts d’Orléans. Celle-ci retrace les vingt-cinq premières années de création de Roger Toulouse, de 1933 à 1957.
L’œuvre de Roger Toulouse est encore trop méconnue. Ce constat est, pour moi, l’occasion de rendre hommage au grand travail effectué autour de son président, Abel Moittié, par l’association des amis du peintre. Revues, expositions, catalogues se sont, grâce à elle, multipliés depuis vingt ans.
Cela fait vingt ans que Roger Toulouse nous a quittés. Il a, jusqu’à la fin, cultivé la modestie. Marc Baconnet cite dans le texte pénétrant qu’il a écrit en préface au catalogue de l’exposition, cette lettre envoyée à son épouse Marguerite et dans laquelle il écrivait ne vouloir « surtout pas » être « le planeur remorqué par l’avion Picasso-Matisse ».
Cette modestie ne l’a pas empêché de faire des débuts brillants, d’exposer à Paris aux côtés de Derain, Ernst, Masson et Picabia, ni de recevoir à Orléans la visite de Gertrude Stein qui devait, en 1937, lui acheter « la quasi-totalité des peintures de son atelier ».
Mais elle l’a conduit, en 1947, à devenir, comme l’écrit encore Marc Baconnet, « maître-auxiliaire de l’École normale d’instituteurs (…) à Orléans où il prend sa retraite (trente-deux années de présence) », avant d’ajouter : « Choix étonnant au moment où les portes de la gloire s’ouvraient à lui. Bien des jeunes peintres auraient rêvé ce qui lui arrivait et n’auraient pas hésité à bondir dans l’arène. Il a choisi la solitude et la liberté et fut un excellent pédagogue. »
toulouse-hospice copie2Roger Toulouse s’est nourri de courants artistiques de son époque. Mais il est frappant de constater qu’il n’en fut jamais esclave, ni prisonnier. Tout est revu par lui, intériorisé, ré-interprété et recréé.
Ainsi, le magnifique Nu à la plage où l’influence cubiste est sublimée. Ainsi La lecture où la tradition de l’enluminure est renouvelée. Ainsi, un Christ pathétique que Marc Baconnet range dans les « objets qui saignent » chers à Merleau Ponty. Ainsi, ces autoportraits au regard pénétrant et grave, ces portraits de Marguerite, figure unique, à nulle autre pareille. Ainsi La Madone, qui suscite, lorsqu’on la découvre ou retrouve, une ineffable émotion. Ainsi, L’homme à l’oiseau et Luther qui ouvrent sur l’étape ultérieure, celle des triangles.
Ainsi…
On pourrait tout citer.
Concentrons-nous pour finir sur le contraste qu’évoque Marc Baconnet entre l’Église de Semoy, avec son clocher, son toit, son jardin – et déjà les triangles et les cubes – et Paysage, « puzzle d’une fantaisie déconcertante. Il y a une distance incommensurable avec le tableau précédent. Nous sommes avertis : ce peintre nous surprendra toujours. Pour lui, rien n’est jamais acquis » – avant de rappeler cette parole de Roger Toulouse : « Interrogez la peinture, elle vous répondra. »

Jean-Pierre Sueur

>> Jusqu’au 14 décembre, au Musée des Beaux-Arts d’Orléans

>> Le site de l'association des Amis de Roger Toulouse

Roger Toulouse : une histoire vraie
pt rt photomontage 1936 ws29376876Il m’a été donné d’avoir un témoignage qui m’a profondément marqué de la modestie de Roger Toulouse.
Un jour, je visitais à ses côtés l’une de ses expositions rue Jeanne d’Arc à Orléans.
Je lui fis part de mon admiration pour l’un de ses tableaux.
« Il te plaît », me dit-il, sans plus.
Bien des années plus tard, après sa mort, son épouse, Marguerite, me demande de venir dans son atelier.
Elle me montre le tableau que j’avais aimé.
Au verso, il était écrit : « Ce tableau est donné à Jean-Pierre Sueur ».
Ainsi, Roger n’avait rien dit. Il avait voulu que ce don fût fait dans la plus grande, la plus extrême, la plus authentique, la plus sincère discrétion.
Au-delà de la vie.
JPS

 

Péguy : l’hommage de Villeroy

Écrit par Jean-Pierre Sueur

sueurJe suis intervenu devant la tombe de Charles Péguy et de ses camarades morts au combat à Villeroy, lors de l’hommage national rendu à Charles Péguy à l’initiative de l’Amitié Charles-Péguy et de sa famille, le 7 septembre dernier.

JPS


>> Lire mon intervention

 

Lire aussi, à propos de "Péguy et la critique du monde moderne"
 
 

Péguy dans la Pléiade

Écrit par Jean-Pierre Sueur

2014-09-09-PEGUYPLEIADE1ERPLATFruit d’années de travail, la nouvelle édition des Œuvres poétiques et dramatiques de Charles Péguy qui était tant attendue, paraît cette semaine. Elle est due à Claire Daudin, Pauline Bruley, Jérôme Roger et Romain Vaissermann.
J’y reviendrai...

JPS

 

Un film de la chaîne Public Sénat sur la réforme pénale

Écrit par Jean-Pierre Sueur

Je signale le film qu’a réalisé la chaîne Public Sénat sur l’élaboration de la réforme pénale. On y voit concrètement comment la loi se fait, dans la durée. C’est une bonne présentation de l’action parlementaire – même si la conclusion qui est tirée des travaux de la commission mixte paritaire me paraît trop lapidaire, eu égard au travail approfondi accompli par les sénateurs et députés qui ont suivi ce texte.

Jean-Pierre Sueur

>> Voir le film

 

Quinze actions pour la justice au quotidien

Écrit par Jean-Pierre Sueur

j21-15actionsIl est des domaines où les politiques menées doivent s’inscrire dans la durée. Et où la continuité est une condition de la réussite. Ainsi en est-il de la justice. C’est pourquoi Christiane Taubira peut aujourd’hui traduire dans les actes toute la réflexion qu’elle a impulsée pour la « Justice du XXIe siècle ».

JPS

>> Lire l'exposé des quinze actions pour la justice au quotidien que Christiane Taubira a récemment présentées

 

Les normes et l'action publique

Jean-Pierre Sueur était intervenu lors du colloque sur le thème « Puissances de la norme » organisé le 6 décembre 2013 par Stéphane Onnée, à la Faculté de droit d’Orléans.

>> Lire le texte de son intervention

 

Une biographie sans précédent ni équivalent d'Alexandre Millerand par Jean-Louis Rizzo

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimer

millerandAgrégé d’histoire, Jean-Louis Rizzo habite Amilly, ville à laquelle il est attaché, puisqu’il y fut adjoint au maire. Il est reconnu comme étant l’un des meilleurs spécialistes de Pierre Mendès-France et de l’histoire du radicalisme, sujets auxquels il a consacré nombre d’ouvrages et d’articles.
Plus récemment, il a publié un livre consacré à Alexandre Millerand (aux éditions de L’Harmattan) qui constitue une véritable somme de 568 pages, fruit d’années d’efforts, de consultation d’archives et de recherches minutieuses.
Le parcours politique de Millerand est très vaste et embrasse la plus grande partie de la Troisième République. Le livre de Jean-Louis Rizzo, bien écrit, se lit facilement. C’est toute l’histoire de cette République qui se trouve restituée à travers cette biographie.
On peut se demander d’ailleurs pourquoi ce personnage qui fut député, plusieurs fois minsitre, président du Conseil, président de la République et sénateur, a relativement peu intéressé jusqu’ici les biographes. Le sous-titre du livre de Jean-Louis Rizzo fournit une partie de la réponse : Millerand y est qualifié de « socialiste discuté, ministre contesté et président déchu ».
Mais lorsqu’on lit son histoire, on ne peut s’empêcher de penser qu’elle est marquée par bien des débats qui sont ceux du XXe siècle et qui, dans un contexte bien différent, nourrissent encore notre actualité.
J’en donnerai plusieurs exemples – sans prétendre à l’exhaustivité.
Jeune député radical, Millerand s’intéresse à la politique pénitentiaire. « Dès l’année de son élection, il présente un rapport sur les services pénitentiaires, critique le système en général et demande tout à la fois un moindre recours à la prison préventive, une plus grande largesse dans les libérations conditionnelles, la séparation des prisonniers par niveau de dangerosité ainsi qu’un recours à la régie et non à l’entreprise privée pour faire travailler le détenu » (p. 29).
Devenu socialiste, il se revendique clairement d’un « socialisme républicain » et « réformiste » (p. 62). Il défend l’impôt progressif sur les revenus et les successions, le retour à la nationalisation des chemins de fer et des sociétés minières, la séparation de l’Église et de l’État, les droits des femmes – il est à cet égard en avance sur son époque – et l’inscription des libertés fondamentales dans la Constitution (p. 89).
C’est l’époque où, suite aux insistantes et virulentes « sommations » de Charles Péguy, il devient « finalement dreyfusard », comme l’écrit Jean-Louis Rizzo (p. 91-92).
Son entrée au gouvernement au sein du cabinet Waldeck-Rousseau en 1899 est un événement qui va fortement diviser les esprits. C’est la première fois qu’un socialiste entre dans un gouvernement. Circonstance aggravante, ce gouvernement compte, en qualité de ministre de la guerre, le général de Gallifret, l’un des responsables de la répression de la Commune de Paris en 1871. Le débat est violent. Jean Jaurès soutient Millerand. Il écrit : « Un parti audacieux, conquérant ne doit pas à mon sens, négliger ces offres du destin, ces ouvertures de l’histoire » et parle de « responsabilité formidable (…) au bénéfice de la République et du socialisme » (p. 99). Guesde, Vaillant et nombre d’autres déclarent que le « parti socialiste, parti de classe, ne saurait devenir sous peine de suicide un parti ministériel » (p. 99).
Avec Millerand qui s’oppose au « verbalisme révolutionnaire » (p. 129), le débat sur le réformisme, l’action réformatrice au sein d’un gouvernement s’ouvre donc. On sait que ce débat aura une longue postérité.
Ministre du commerce – ce qui, à l’époque, englobait aussi ce qu’on appellera le ministère du travail –, Millerand mène une politique active en direction des salariés. Il en fait la justification de sa présence au sein du gouvernement. Il se bat pour la loi des dix heures – dix heures de travail par jour ! - et dans la logique réformiste qui est la sienne, il voudra prévoir une possibilité d’arbitrage pour l’ensemble des conflits du travail (p. 108). Millerand est néanmoins exclu du Parti socialiste. Dès lors, l’histoire retiendra la suite de son parcours comme une « dérive droitière ».
Millerand est ensuite ministre de la guerre, puis des affaires étrangères. Parallèlement, il mène une réflexion sur les institutions et défend nombre de réformes. Ainsi, il plaide pour la suppression du scrutin d’arrondissement dont il dénonce le caractère notabiliste – il dit que c’est le scrutin des « mares stagnantes et croupissantes » (p. 289) – et défend le scrutin proportionnel, dont la logique lui paraît plus clairement politique.
Après avoir été commissaire général en Alsace-Moselle puis président du Conseil, Millerand devient, en 1920, président de la République. Son action, à ce titre, est importante. Il marque en particulier une forte volonté de « faire payer l’Allemagne » et organise l’occupation de la Ruhr. Mais ce qui retient l’attention, c’est le fait qu’il fut, en quelque sorte, un précurseur de la Cinquième République. A rebours de la conception que la Troisième République s’était faite du rôle du président de République, Millerand se refuse à « inaugurer les chrysanthèmes », prend position pour la majorité du moment contre le « cartel des gauches » et développe dans son discours d’Evreux du 14 octobre 1923, une conception novatrice des institutions donnant au président un rôle actif qui en ferait un véritable chef de l’exécutif. C’est ainsi qu’il veut lui donner le droit de dissoudre les deux chambres ainsi que le droit de solliciter une deuxième lecture pour certains textes de loi – auquel cas ceux-ci devraient être votés, en deuxième lecture, par une majorité des deux tiers des députés. De même, il préconise l’élargissement du collège électoral chargé d’élire le président de la République (p. 451). Ces positions mettront Millerand dans une situation difficile, ce qui le conduira à donner sa démission en 1924.
Je ne peux relater ici tout ce que nous apporte ce livre très complet, détaillé, informé.
Je veux simplement, pour finir, remercier Jean-Louis Rizzo de l’avoir écrit. L’histoire éclaire le présent et permet de préparer l’avenir. Des questions comme celles du réformisme, du réalisme économique, des institutions, des rôles respectifs de l’exécutif et du législatif restent – ô combien – actuelles. En connaître l’histoire permet de les mettre en perspective et de mieux les appréhender.
Le parcours singulier d’Alexandre Millerand est à cet égard riche et plus complexe qu’on pouvait le croire à la lecture des descriptions cursive set simplificatrices qui en ont été trop souvent faites. C’est le mérite du livre de Jean-Louis Rizzo que d’en donner une vision plus juste, plus conforme à la réalité et plus éclairante pour les débats d’aujourd’hui – au prix d’un considérable labeur !

Jean-Pierre Sueur

 

Les socialistes et l’entreprise

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimer

Lundi, 08 Septembre 2014 12:19

Les réactions qui ont suivi les récents propos de Manuel Valls sur l’entreprise sont, à vrai dire, étranges. On imagine mal un Premier ministre, fût-il de gauche, déclarer qu’il déteste l’entreprise. Et la vérité, – elle est connue – c’est que tous les maires socialistes, et les présidents socialistes de régions ou de départements se battent depuis bien longtemps pour accueillir des entreprises dans leur collectivité locale et, lorsqu’une entreprise est en difficulté, multiplient les démarches auprès de tous les interlocuteurs possibles pour l’aider à surmonter ses difficultés.
Alors pourquoi ces réactions et ces débats ?
Ceux-ci tiennent à l’histoire de la gauche.
Le mouvement ouvrier s’est constitué contre le patronat, détenteur du capital et accusé d’exploiter les salariés pour accroître son profit et ses dividendes.
Cela était vrai. Il suffit de penser à ce qu’était la condition ouvrière au XIXe siècle et encore au XXe siècle.
Cela est – hélas ! – toujours vrai, même si la situation est très contrastée. Il suffit de songer, aux dimensions du monde, aux conditions de travail dans les pays qui produisent – au Bangladesh ou ailleurs – ce que nous achetons dans nos hypermarchés.
En France, en Europe, on constate encore – ce fut le cas récemment – que les dividendes restaient conséquents.
Ne généralisons pas toutefois. Ce n’est pas le cas dans toutes les entreprises, grandes, moyennes ou petites – tant s’en faut.
Et le défaut de trop de raisonnements est dans la constante généralisation, comme si toutes les entreprises appliquaient les mêmes méthodes et comme si tous les chefs d’entreprise et tous les dirigeants d’entreprise avaient le même comportement.
Mais il y a plus.
Comme le dit lucidement – la lucidité est sa marque de fabrique – Michel Rocard dans l’interview qu’il vient de donner à L’Opinion : « La gauche française, à la différence de la gauche européenne, est issue d’un mariage entre le jacobinisme et le marxisme. Le premier à essayer de briser ce carcan aura été l’occitan Jean Jaurès. Historiquement, le second c’est Léon Blum (…). Moi qui suis fils de Mendès-France, je mène cette bataille depuis trente ans. En France, même si cela a été avalisé officiellement plus tard, le grand tournant concret, c’est 1983, quand le programme dirigiste et ultra jacobin s’est révélé impossible à réaliser ».
Je me souviens qu’avant 1981, Michel Rocard était vilipendé lorsqu’il parlait de « régulation par le marché ». Il a toujours dit qu’il n’y avait pas d’autre moyen que le marché pour résoudre les milliards d’équations qui font vivre l’économie chaque jour. Il a toujours dit que – hors cas stratégiques – l’État n’avait pas pour mission de produire, et qu’il fallait donc revenir sur la collectivisation des moyens de production – utopie du XIXe siècle –, ce qui donnait de facto sa légitimité et son sens de l’entreprise. Il a toujours dit (aussi – et on l’oublie parfois) que, pour nécessaire qu’il fût, le marché était myope, que la puissance publique, le plan, le projet commun étaient indispensables – et qu’il fallait une société d’entreprises et d’entrepreneurs dans laquelle l’État, les collectivités locales et les services publics jouent pleinement le rôle qui doit être le leur.
Tout cela est aujourd’hui acquis, me semble-t-il.
Mais l’inconscient, et l’inconscient historique, subsistent.
Les socialistes français n’ont pas fait leur mutation en un congrès – comme ce fut le cas en Allemagne. C’est un mouvement continu, un processus historique.
Et ce processus n’est pas, pour moi, une régression, un renoncement. Tout au contraire.
Ainsi, je pense qu’il faut encore aujourd’hui démocratiser l’acte d’entreprendre.
Si seuls ceux qui ont les moyens financiers – qui disposent d’un capital – peuvent entreprendre, c’est une grande perte pour la société. C’est un gâchis et c’est une injustice.
Je rencontre nombre de créateurs d’entreprise – des jeunes surtout – qui ne trouvent pas de crédit auprès des banques. Je rencontre des chercheurs qui ont fait des découvertes et ne parviennent pas à les mettre en œuvre en créant une entreprise, ou en trouvant une entreprise susceptible de le faire.
Il faut donc développer l’entreprise et les entreprises. Et développer l’accès du plus grand nombre possible à l’acte d’entreprendre.
Mais l’entreprise ne peut pas fonctionner selon des modèles anciens. Le dialogue social ne doit pas être perçu comme une contrainte, mais comme une nécessité, comme un atout.
Il faut enfin que le fruit du travail de tous soit équitablement réparti.
Dans toutes les directions, il y a beaucoup à faire.
Ce sont les entreprises d’aujourd’hui et celles du futur – et ce sont, indissociablement, les services publics d’aujourd’hui et de demain – qui permettront, avec beaucoup d’efforts, d’imagination, de ténacité et de justice, de répondre aux lourds défis que sont la crise et le chômage.


Jean-Pierre Sueur


>> Lire l’interview de Michel Rocard dans L’Opinion de ce vendredi 5 septembre

 

Péguy, suite

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimer

Lundi, 08 Septembre 2014 11:48

centre charles peguy salle bandeau1. Je salue le nouveau musée du Centre Charles-Péguy d’Orléans qui a été inauguré ce 5 septembre. Celui-ci, dû à la scénographe Charlotte Smoss et à la directrice du centre, Aurélie Bonnet-Chavigny, présente très clairement l’itinéraire de Charles Péguy. Il sera pour les visiteurs que j’espère nombreux une belle « porte d’entrée » qui les incitera à découvrir ce grand auteur trop méconnu – même à Orléans ! - JPS

 

Villeroy22. Villeroy. Organisée par l’Amitié Charles Péguy et sa famille, la commémoration de ce dimanche 7 septembre à Villeroy (Seine et Marne) – celle du centenaire – nous a plongés au centre de cette immense plaine ouverte aux quatre points cardinaux. Il y a juste une rangée d’arbres et, au loin, un vallonnement. Une grande tombe abrite Péguy et ses 133 camarades. Ce fut une guerre effroyable. Ce n’étaient que ses prémices. Mais la mort, déjà, était là. Contraste, en ce jour, que cette terre et ce ciel immenses. Et ce silence – cette paix. - JPS

 

 Villeroy1 


 

3. Petite vie de Charles Péguy

par Charles Coutel

coutelCheminant aux côtés de Charles Coutel, ce 7 septembre à Villeroy, je lui disais que le livre qu’il vient de publier aux éditions Desclée de Brouwer, Petite vie de Charles Péguy, était sans doute la meilleure introduction que l’on pouvait proposer à ceux qui, ne connaissant pas Péguy – il n’est plus, hélas, au programme de nos lycées – souhaitaient en avoir une première approche et « entrer » dans son œuvre, que ce livre était en quelque sorte un porche, pour reprendre un mot que Péguy aimait, ouvrant sur une œuvre immense faite de vers, de vers libres et de prose, faite indissociablement de poétique et de polémique, qu’il n’était pas facile d’appréhender d’emblée. Charles Coutel me répondit en toute modestie que la meilleure façon d’entrer dans l’œuvre de Péguy était de s’y plonger et de se laisser emporter par elle – ce qui n’est pas faux.
Ce n’est pas faux, mais cela n’enlève rien au mérite de cette « petite vie » qui – je le maintiens – est une précieuse introduction à la connaissance de la vie et de l’œuvre – elles sont indissociables – de Péguy.
Court et précis, cet ouvrage se compose de trois parties respectivement intitulées : Orléans, Paris et Chartres – comme trois étapes essentielles de la vie, et donc de l’œuvre.
Ce livre a – lui aussi – le mérite de rompre avec les hagiographies et de fustiger les récupérations fallacieuses. Mais Charles Coutel écrit lucidement : « Une sorte de "piété" péguyste menace toujours ». Il s’en protège. Il décrit les évolutions de la pensée de Péguy sans les minimiser et sans méconnaître non plus la manière dont Péguy les vivait et les exposait : « Péguy refuse tout le temps la moindre allusion à une "conversion" au socialisme, au catholicisme, au patriotisme, à l’internationalisme ; non, il approfondit, il déplore et redéploie, il garde tout » (p. 26).
Pour lui, « le socialisme est une vie nouvelle et non une politique » (citation de Péguy, p. 72). Péguy récuse « ce clergé de la pensée qu’est le parti intellectuel » (p. 95). Il ferroie. Il se bat. Il s’engage tout entier pour défendre ce qu’il croit juste et vrai – quitte à soutenir des vérités successives. Il s’engage tout autant dans l’écriture d’une immense œuvre poétique. Charles Coutel cite Pierre Emmanuel : « Avec "Ève", la cathédrale d’esprit est achevée. La poésie française a son Chartres » (p. 141).
Au total, ce qui caractérise ce livre, c’est la grande sympathie dont son auteur fait preuve pour une œuvre qu’il veut faire partager et qu’il présente cependant avec lucidité et objectivité.
À l’unisson, Claire Daudin affirme d’emblée, dans sa préface : « "Son heure sonnera", écrivait Bernanos à propos de Péguy, en déplorant qu’il ait été réduit au rang "d’accessoire de la propagande cléricale sous le régime de Vichy". Au moment où nous allons célébrer le centenaire de la mort de Péguy (…), cette heure-là a-t-elle enfin sonné » (p. 11).
Nous voulons le croire.

Jean-Pierre Sueur

 


 

 

4. Et pour finir, à l’intention des responsables de tous les magazines qui nous abreuvent de publicité en nous promettant, si nous nous abonnons, des gadgets mirifiques, je reproduis ce que Péguy – qui refusait toute publicité dût-il en souffrir – écrivait dans les Cahiers de la Quinzaine - JPS

cahiers

 

Il y a cent ans, s’éteignait l'Orléanais Charles Péguy

Vendredi, 05 Septembre 2014 09:27

Jean-Pierre Sueur a été interviewé dans le cadre des deux pages de La République du Centre de ce vendredi 5 septembre qui commémorent le centenaire de la mort de Charles Péguy.

140905 rc peguy Page 1140905 rc peguy Page 2

 

PPP : une précision importante

Jeudi, 04 Septembre 2014 18:18

Le texte intégral du discours de Manuel Valls lors de l'inauguration du viaduc de la Dordogne le 1er septembre 2014 montre qu'il n'a pas parlé des partenariats public-privé mais de la relance de "l'investissement public comme privé".
Ceux qui ont vu dans ce discours une critique du rapport Sueur/Portelli sur les PPP ont donc fait un mauvais procès.

>> Lire le discours du Premier ministre

 

René Alaux nous a quittés

Rene AlauxC’est avec beaucoup de tristesse que j’apprends le décès de René Alaux.

René Alaux a été pendant 51 ans maire de Fontenay sur Loing et 38 ans conseiller général du Loiret. Il a été à l’origine de la Communauté de communes des quatre vallées regroupant toutes les communes de son canton de Ferrières en Gâtinais.
Longtemps instituteur, il était profondément attaché à l’école publique. Il a toujours eu le cœur à gauche. Cela se traduisait pour lui, bien au-delà d’une appartenance partisane, par un dévouement inlassable au service de l’ensemble de ses concitoyens de Fontenay et du canton de Ferrières, par des heures et des heures consacrées à l’exercice de ses mandats au détriment de sa vie personnelle, par un profond humanisme et un grand attachement à la justice, à la laïcité et à l’esprit républicain.
Je le remercie pour le soutien qu’il m’a apporté durant plus de trente ans en toutes circonstances et pour les conseils précieux qu’il m’a donnés.
Je partage la peine des habitants de sa commune et de son canton ainsi que de son épouse Monique.

>> Lire La République du Centre du 5 septembre 2014

 

Actualité de la pensée politique de Charles Péguy

Lundi, 01 Septembre 2014 13:41

acp0614Le numéro de juin 2014 de la revue L’Amitié Charles Péguy publie le compte rendu que Charles Coutel et Eric Thiers ont fait du colloque qui a eu lieu au Sénat les 17 et 18 janvier 2014 sur le thème de l’actualité de la pensée politique de Charles Péguy.
>> Lire l’article

 

Un événement : la biographie de Charles Péguy par Géraldi Leroy

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimer

Écrit par Jean-Pierre Sueur Lundi, 01 Septembre 2014 11:40

leroy peguyJe n’hésite pas à considérer que la biographie de Charles Péguy que Géraldi Leroy vient de publier sous le titre Charles Péguy, l’inclassable aux éditions Armand Colin constitue un événement.

Pourquoi ?

Parce que cent ans après la mort de Péguy, ce livre vient rompre, enfin, de manière radicale, avec l’hagiographie – ou, au contraire, les détestations – dominantes qui ont longtemps caractérisé la réception de l’œuvre de Charles Péguy.
On a en effet constamment reconstruit cette œuvre à partir de présupposés ou de parti pris contraires. Si bien que cet inclassable a été récupéré par tous, au fil du temps, des socialistes aux pétainistes, des croyants à ceux qui ne l’étaient pas, des tenants de l’école publique à ceux qui ne l’aimaient pas, etc. La liste serait longue et l’on pourrait faire des volumes de ce que traite Géraldi Leroy dans son dernier chapitre : « Péguy après Péguy (1914-1945) ».
Il est vrai que Péguy a lui-même contribué à ces fallacieuses reconstructions. N’écrivait-il pas dans Notre jeunesse : « Nous ne renierons jamais un atome de notre passé ». Et Géraldi Leroy commente : « Il n’a jamais explicitement renié le socialisme qu’il avait professé (…). Dans L’argent suite, il se plaint que le socialisme ait été trahi, bien loin d’en récuser le principe » (p. 289).
… Il n’empêche que, comme l’a dit Emmanuel Monnier, cité par Géraldi Leroy à la fin de son livre (p. 328), « Il y a dans Péguy de quoi mécontenter tout le monde ».
Et justement, ce qui distingue cette biographie de tant d’autres, ce qui la distingue même de l’apparente continuité que sur certains points – pas sur tous –, Péguy revendique lui-même, c’est ce qu’il écrit d’emblée : « Une tendance constante de la critique péguyste est d’affirmer une parfaite continuité de sa pensée (…). Notre thèse consiste au contraire à faire état d’une très sensible évolution où les contradictions ne sont pas rares. Entre les proclamations d’athéisme de jeunesse et le christianisme fervent des dernières années, entre l’adhésion initiale sans réserve au socialisme et l’éloignement final, entre la critique de l’ordre établi et le rapprochement objectif avec les républicains modérés au pouvoir, entre l’éloge de la liberté de pensée et l’injure délibérée à l’égard d’adversaires qui furent parfois d’anciens et de très grands amis, que de différences ! » (p. 8 et 9).
La force de ce livre tient de ce que cette thèse est, de page en page, étayée, démontrée, approfondie.

Les ouvriers de Carmaux
Les exemples sont multiples. Le même Péguy qui « sommait » Alexandre Millerand, alors socialiste, de rejoindre le camp dreyfusiste – « Nous voulons garder saufs les principes socialistes, et non point les situations de ceux qui sont classés socialistes au scrutin d’arrondissement » (p. 81) – implore, plus tard, en 1911, le même Millerand, qui a rompu depuis longtemps avec le socialisme, de le soutenir pour obtenir le grand prix de l’Académie française (p.238).
Plus sérieusement, Géraldi Leroy note, au rebours du jeune Péguy qui faisait des collectes pour les ouvriers de Carmaux (p. 58), le profond mutisme du même Péguy à l’égard des grandes manifestations ouvrières de 1906 à 1909 et des répressions mises en œuvre par Clémenceau (p. 204). Cette abstention, écrit Géraldi Leroy, est « violemment paradoxale » (p. 205).
De même, Péguy change d’attitude sur l’action coloniale, critiquée en 1899 (p. 94), mais approuvée en 1912 en ce qu’elle « propage les libertés » (p. 265).
On pourrait continuer et revenir en particulier sur le passage d’une admiration sans bornes pour Jaurès à une prise de distance – et plus encore !
On doit, pour être précis, prendre en compte la place considérable que prend, au cours des dernières années, la formidable lucidité de Péguy qui pense – qui sait – que la guerre est inéluctable et qui dénonce un pacifisme qui est à l’antipode de l’impérieuse nécessité de préparer cette guerre à venir.
Il faut aussi dire l’autre extraordinaire lucidité de Péguy quant aux catastrophes qu’il pressent dans ce XXe siècle qui commence. La relecture de Courrier de Russie, texte écrit en 1905, montrera que quarante ans avant Camus – terriblement lucide lui aussi – Péguy aura dénoncé l’horreur des totalitarismes.
Et puis Péguy déjoue les analyses de ceux qui croient pouvoir le récupérer. Ainsi, alors que la parution du Mystère de la charité de Jeanne d’Arc est aussitôt commentée comme une évolution, indissociablement, vers la foi et vers la droite, au rebours du passé, il contredit aussitôt ces analyses en publiant Notre jeunesse qui réaffirme les positions du jeune dreyfusiste qu’il fut, en réaction à l’évolution « opportuniste » de beaucoup d’autres (p. 289).
De même, Péguy écrit dans L’Argent : « Nos jeunes vicaires nous disaient exactement le contraire de ce que nous disaient nous jeunes élèves-maîtres (…). Nous ne nous en apercevions pas. La République et l’Église distribuaient des enseignements diamétralement opposés. Qu’importait, pourvu qu’ils fussent des enseignements ». Il rompt avec la foi, avant d’y revenir vers 1907, sans jamais se reconnaître, tout au contraire, dans le cléricalisme, mais en dénonçant pourtant avec une extrême vigueur la « métaphysique officielle » et la « métaphysique d’État » d’anticléricaux notoires, tel Viviani qui avait déclaré à l’Assemblée Nationale en 1906 : « Nous avons éteint dans le ciel des étoiles qu’on ne rallumera plus » (p. 213).
On pourrait se demander si, en changeant de position – ce que montre le livre de Géraldi Leroy – Charles Péguy n’a pas fait preuve d’opportunisme. Or, c’est le contraire qui est vrai.
Péguy cède, certes, à quelques vanités (l’Académie française, un moment espérée), il n’hésite pas, aux limites de la provocation, à se décerner à propos d’Ève et sous le pseudonyme de Durel, ce que Géraldi Leroy appelle « un éloge dithyrambique décerné avec une candeur inouïe » (p. 252), mais on ne peut jamais le taxer d’opportunisme, même s’il défend, avec la même vigueur, la même force, la même virulence, des vérités successives.
Péguy a vécu dans la pauvreté. Sa famille aussi. Il n’a jamais cédé aux facilités en dépit du fait que ses abonnés… se désabonnaient de sa revue : cent désabonnements après la parution d’Ève (qui est cependant, pour moi, l’un des chefs-d’œuvre de la littérature française du XXe siècle) !

Les Cahiers de la Quinzaine
Sa revue, justement, les Cahiers de la Quinzaine, fut créée à la suite du congrès socialiste qui s’est tenu à la salle Japy en 1899 et qui décida que le parti devait contrôler la presse émanant du parti. Péguy s’insurge : « Ils ont supprimé la liberté de la presse ». Et il crée les Cahiers de la Quinzaine avec ce manifeste – si connu ! – en tête du premier numéro : « Dire la vérité, ennuyeuse, tristement la vérité triste » (p. 110). Il dira plus tard : « Je ne renierai jamais cette pauvre première et deuxième série, commencée, continuée dans la pauvreté, la misère, dans la fatigue et dans le froid, contre toutes les démagogies, contre toutes les faiblesses, contre toutes les politiques, envers tout le monde » (p. 109). On disait, nous rappelle Géraldi Leroy, qu’après le premier numéro, on ne verrait « jamais paraître les autres ». Or au total 229 Cahiers paraîtront, répartis en quinze séries (p. 110).
Une autre raison qui fait du livre de Géraldi Leroy un événement tient au fait que, pour la première fois, se trouvent exploitées toutes les recherches menées, notamment, sous l’impulsion d’Auguste Martin, dans les Feuillets, puis dans la revue de l’Amitié Charles-Péguy, ainsi que les très nombreuses correspondances (parfois inédites) de Péguy et de ses proches. Géraldi Leroy réinvestit d’ailleurs tout ce qu’il a trouvé en écrivant sa thèse (parue en 1981 sous le titre « Péguy entre l’ordre et la révolution ») ainsi que de nombreux livres et articles.
Le résultat est une évocation extrêmement précise de la vie de Péguy, loin des images d’Épinal. Je pense à la « rempailleuse de chaises ». Géraldi Leroy expose que « issu d’une ascendance authentiquement populaire », Péguy « n’appartient pas (…) au prolétariat urbain et rural ». Avec l’accès à l’enseignement secondaire, il évolue « bien loin du petit peuple orléanais » (p. 93). Géraldi Leroy décrit en détail les lourds conflits qui apparaissent au sein d’une famille (sa mère n’accepte pas qu’il renonce à devenir enseignant et donc fonctionnaire, à sa sortie de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, pour créer une librairie puis une revue socialistes (p. 69)), les difficultés financières auxquelles il se heurte continûment pour faire vivre les Cahiers, son entourage, ses amis fidèles, les brouilles, les rivalités – et l’amour platonique qu’il éprouva pour Blanche Raphaël.
Il serait inconséquent de s’en tenir, sur le livre de Géraldi Leroy, aux dithyrambes dont il nous a dit assez combien l’œuvre de Péguy fut la victime. Quelques pages de plus sur la première – et la seconde – Jeanne d’Arc et sur Ève, bien sûr, eussent peut-être donné au livre un autre équilibre (même si l’on a noté que Géraldi Leroy a fait quelque effort pour ne pas expédier ce grand livre en quelques lignes comme l’avait fait Roger Secrétain, qui disait ne pas comprendre ce qu’il appelait « une forêt vierge »).
Mais il est incontestable que Géraldi Leroy s’est pleinement acquitté de la tâche qu’il s’était assignée de rompre avec les lectures « anachroniques et sélectives » (p. 8) de Charles Péguy. Comme l’a écrit Éric Thiers dans l’analyse qu’il a consacrée à cette remarquable biographie (dans le dernier numéro de la revue Mil neuf cent) : « La force de Géraldi Leroy est de rester au plus près des faits, sans les interpréter (…). Géraldi Leroy s’abstient de juger ; il entend expliquer ».
Ce livre constitue désormais un « socle » sûr pour découvrir, connaître et approfondir la connaissance de la vie du grand écrivain né à Orléans – et qui lui restera fidèle. On peut d’ailleurs se demander si Orléans – et ceux qui l’habitent – ont eu à l’égard de Péguy une fidélité à la mesure de l’œuvre immense qu’il nous a léguée. Mais l’histoire est surprenante. Et peut-être cette œuvre est-elle aujourd’hui plus actuelle qu’elle ne le fut jamais.

Jean-Pierre Sueur

>> Lire aussi :

>> Voir aussi l’ensemble des articles sur Péguy publié par Jean-Pierre Sueur

 

La mort du lieutenant Péguy, 5 septembre 1914

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimer

Écrit par Jean-Pierre Sueur Lundi, 01 Septembre 2014 11:32

Par Jean-Pierre Rioux


51UovSVqzRL. SY300 D’une cruciale actualité est, en cette semaine où nous commémorons le centième anniversaire de la mort de Charles Péguy, le livre que Jean-Pierre Rioux vient de consacrer aux derniers jours de ce grand Orléanais, « tué à l’ennemi », à Villeroy, le 5 septembre 1914, dès les commencements de la bataille de la Marne, sous le titre La mort du lieutenant Péguy, 5 septembre 1914 (éditions Taillandier).
Jean-Pierre Rioux cite d’emblée le capitaine d’état-major Henry Dufreste qui, venu sur le terrain le 6 septembre, écrit : « Premier de la ligne, chef de section, un lieutenant est tombé à sa place réglementaire, alors qu’il menait ses hommes à l’attaque. C’est un petit homme d’apparence chétive, à côté de son voisin au type de colosse (…), l’expression de son visage est d’un calme infini. Lui aussi paraît plongé dans un profond sommeil. A son annulaire gauche, une alliance. Je me penche sur la plaque d’identité : Péguy, il s’appelait Péguy » (p. 13).
Péguy fut ainsi l’un des « premiers tombés de l’immense bataille du tout pour le tout, bientôt "victoire" et même "miracle" de la Marne (…) tombé debout, à sa place d’officier » (p. 14).
Bien que réserviste, Péguy a voulu prendre sa place, assumer sa mission d’officier de l’armée active, à laquelle il était préparé.
Ce fut une préparation intime, intérieure, profonde. Péguy voulut « partir en paix » (p. 19). Et Jean-Pierre Rioux décrit en détail toutes les visites qu’il fit, tous les amis qu’il revit ou chercha à revoir avant de partir.
Jean-Pierre Rioux l’imagine aussi « soldat de la République » partant pour « refaire quatre-vingt-treize », avec en tête le premier vers qu’il ait entendu, le « Ô soldats de l’an II, ô guerres, épopées » du père Hugo (p. 51).
Il revient sur les conceptions de Péguy sur le patriotisme et l’armée, cite Notre jeunesse – « Notre socialisme (…) n’était nullement antifrançais, nullement antipatriote, nullement antinational » (. 70) – sur ses combats contre l’antimilitarisme de Gustave Hervé (p. 77), sur la « prière pour nous autres charnels », sommet du grand poème Ève (p. 83) et sur la certitude où était Péguy de faire « la dernière des guerres » (p. 85).
Suit une description minutieuse des approches, des marches, des avancées, des retours auxquels la section de Péguy est contrainte de se livrer. Lui ne cesse d’encourager ses hommes. Il fait preuve d’une incroyable vitalité, d’un optimisme d’exception, cependant que s’additionnent les ordres, les contre-ordres et les incertitudes, jusqu’à l’affrontement décisif (pp. 97 à 152).
Jean-Pierre Rioux nous livre ensuite les premiers témoignages. Jacques Copeau écrit : « Sa mort, c’est la preuve de tout le reste, c’est le sceau de la réalité de son œuvre » (p. 160). Henri Bergson écrit à sa veuve, Charlotte : « Je n’ai pas connu d’âme plus loyale, plus noble, plus haute que celle de Charles Péguy » (p. 161). Il nous décrit les premières récupérations – avant tant d’autres – , celles de « la droite nationale et cléricale qu’annonce l’article de Barrès » (p. 168), cependant que « la partie la plus dreyfusarde de la mouvance péguyste refuse que son grand homme puisse être enseveli sous les fleurs d’un Barrès » (p. 169), – et donc les diatribes, les controverses et les polémiques que la mort n’arrêtera pas et qui ne s’arrêteront pas « malgré les commémorations officielles et les bouquets d’épis mûrs et de blé moissonné qui ornent les discours » (p. 201).
Le dernier chapitre, « Si le grain ne meurt » (pp. 201-231) est consacré à la postérité littéraire et historique de Péguy, et est tout à fait complémentaire du chapitre « Péguy après Péguy » de la récente biographie de Géraldi Leroy.
Je terminerai par une citation puisée dans ce livre précis, précieux, sans précédent et sans équivalent. Elle est de Maurice Clavel (p. 218) qui « prophétisait » en 1973 : « Vous verrez comme Péguy envahit l’avenir ».

Jean-Pierre Sueur

 

La Rochelle/Loiret

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimer

Écrit par Jean-Pierre Sueur Lundi, 01 Septembre 2014 11:25

Après une session parlementaire très chargée, je me suis envolé, avec deux collègues sénateurs, fin juillet, pour la Nouvelle-Calédonie et l’île de Wallis, en mission, afin de préparer deux rapports – sur lesquels je reviendrai – sur la situation et le devenir de ces deux territoires de la République, les plus éloignés de Paris puisqu’ils sont situés de l’autre côté de la Terre.
La conséquence est que j’ai été absent du Loiret et de certaines manifestations locales auxquelles je suis très attaché. Je pense aux comices agricoles qui sont des moments importants pour les agriculteurs et les élus et habitants du monde rural.
Je n’ai jamais été absent aux deux comices du Loiret. N’ayant pas pu aller à celui de Gien pour les raisons que je viens d’exposer, je ne voulais pas manquer celui de Châtillon-Coligny qui avait lieu ce week-end et qui fut une grande réussite.
J’ai fait le choix de cette manifestation, et de bien d’autres, comme la remarquable Saint-Fiacre d’Orléans, et les cérémonies en souvenir de la Libération et à la mémoire des résistants qui sont tombés à Gien, à, Poilly-lez-Gien et à Saint-Gondon.
Je n’ai donc pas pu aller à La Rochelle. Mais grâce à la radio et à la télévision, j’ai pu suivre les événements les plus visibles (ce ne sont pas toujours les plus significatifs) de cette « université d’été » (comme on dit – encore que l’activité principale de ces manifestations de fin d’été ne soit pas toujours d’une grande qualité universitaire – justement !).
De ce que j’ai entendu (parfois à satiété), vu et lu, je tire trois conclusions simples.
1. Je ne pense vraiment pas qu’il y ait au sein du Parti socialiste des clivages insurmontables qui soient le prélude à des ruptures irréductibles et qui feraient irrémédiablement obstacle au rassemblement des uns et des autres.
2. Il faut s’écouter, travailler ensemble. La solidarité est précieuse et même nécessaire. Mais les parlementaires ne doivent pas se départir de leur rôle, qui est d’amender les textes, de les modifier, voire de refaire la copie, afin qu’ils correspondent au mieux aux attentes des Français telles qu’ils les perçoivent sur le terrain.
3. Je ne vois pas de désaccords fondamentaux sur la nécessité de retrouver la croissance, de restaurer la compétitivité des entreprises, de réduire l’endettement et les charges excessives – pour créer des emplois, redonner du pouvoir d’achat, retrouver confiance en l’avenir. En même temps, nous pensons tous que si la gauche se doit d’être réaliste et constructive, elle ne doit jamais tourner le dos à la justice, qui est sa raison d’être.
Alors, à tous et à toutes, bon travail !

Jean-Pierre Sueur

>> A lire, à ce sujet, l'article de Richard Zampa sur Apostrophe 45

   

DOSSIER SPÉCIAL CHRISTIANE TAUBIRA ET LA RÉFORME PÉNALE : l’avis de Jean-Pierre Sueur

Décideurs, 27 août 2014

140827 decideurs taubira

   

Sur Gaza, l'Irak et la Syrie

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimer

Lundi, 11 Août 2014 11:20

Tout massacre est de trop. Tout massacre est insupportable. Tout crime aussi. François Hollande et Laurent Fabius ont employé les mots de "carnage" et de "massacre" pour qualifier la riposte du gouvernement israélien à Gaza. On leur a reproché de le dire trop tard. J'entends ce reproche. Mais je redoute les amalgames et les discours instrumentalisés. Le Hamas qui a inscrit dans sa charte la destruction de l'État d'Israel n'a reculé devant aucun moyen terroriste. Ses missiles menacent effectivement la sécurité d'Israel. Si cela explique la réaction de Benyamin Nétanyahou, cela ne justifie en rien la forme qu'elle a prise ni toutes ces morts de civils, hommes, femmes et enfants. On a le droit de ne souscrire ni aux vues et aux méthodes du Hamas, ni à la politique et aux actes de Benyamin Nétanyahou. C'est pour moi une double impérieuse nécessité. On ne peut tolérer que la juste dénonciation des massacres justifie, pour certains, des slogans et des actes antisémites. On ne peut tolérer non plus qu'au motif que l'État d'Israël à le droit d'exister, une telle répression sanglante s'abatte sur des populations civiles. Le drame, c'est aussi que la communauté internationale n'ait pas été - ne soit pas - en mesure d'imposer l'arrêt des hostilités et la reprise des discussions pour arriver à la reconnaissance de deux États vivant dans des frontières sûres et reconnues. Et, au sein de la communauté internationale, la voix européenne est, une fois encore, bien faible.
Comme souvent, Jacques Julliard fait preuve d'une grande lucidité dans son éditorial de Marianne sur Gaza et la situation internationale. Il s'étonne que « même si la gravité des crimes n'est pas proportionnelle au nombre des victimes », (...) « les 170 000 morts dont Assad est le responsable principal laissent les manifestants indifférents. De même pour les massacres impitoyables perpétrés par les djihadistes du nouveau "califat". Même chose encore pour les chrétiens de Mossoul ». Je ne peux tout citer. Mais Jacques Julliard à raison de s'indigner des indignations sélectives. Ce qui n'excuse rien ni personne.

Jean-Pierre Sueur

De nombreuses autorités de l’islam condamnent la « purification ethnique et religieuse » en Irak
Je signale l’éditorial de François-Régis Hutin dans l’édition de 11 août de Ouest-France qui déplore que les nombreux appels lancés par les autorités de l’islam en France n’aient pas été relayés dans les médias.
>> Lire l’édito de François-Régis Hutin

   

ROC Villemain : Jean-Pierre Sueur est intervenu à plusieurs reprises

Trois articles récents se font l’écho de la situation du groupe orléanais Roc-Villemain à propos de laquelle Jean-Pierre Sueur est intervenu à plusieurs reprises auprès du ministère de l’économie et du redressement productif pour qu'une solution soit trouvée avec le comité interministériel de redressement industriel (CIRI).
Lire :
>> « Le groupe Orléanais Villemain, l'orfèvre en vieilles pierres, menace de s'écrouler » par Christian Bidault sur Mag Centre, 23 juillet 2014
>> « Obtenir un prêt de 3,6 millions », par Carole Tribout, dans La République du Centre, 9 août 2014
>> « Villemain, un artisan du patrimoine en péril », par Guillaume Mollaret, Le Figaro, 23 juillet 2014

   

Intercommunalité : une proposition de loi d’Alain Richard et Jean-Pierre Sueur

Vendredi, 08 Août 2014 15:57

La décision récente du Conseil Constitutionnel, suite à une question prioritaire de constitutionnalité (commune de Salbris) pose d’ores et déjà de nombreux problèmes pour la composition des communautés de communes et d’agglomération, notamment en cas d’annulation d’élection municipale.
C’est pour répondre à ce problème qu’Alain Richard et Jean-Pierre Sueur ont déposé une proposition de loi « autorisant l'accord local de représentation des communes membres d'une communauté de communes ou d'agglomération ».
Celle-ci vise à favoriser la liberté des représentants des communes membres. Elle pourra être amendée et modifiée lorsqu’elle sera examinée par le Parlement.
>> Lire la proposition de loi

   

L’écriture de la loi

Vendredi, 08 Août 2014 15:36

ecritureloiLe compte-rendu du colloque sur « L’écriture de la loi » organisé par la commission des lois et son président Jean-Pierre Sueur est en ligne sur le site du Sénat (ce colloque a été organisé en lien avec l’association française de droit constitutionnel).
Lire :
>> La préface de Jean-Pierre Sueur
>> Le texte intégral du compte-rendu

>> Toutes les vidéos du colloque

   

Mission du Sénat en Nouvelle-Calédonie

On trouvera ci-dessous les articles publiés à la suite de la mission du Sénat en Nouvelle-Calédonie, qui a été conduite par Jean-Pierre Sueur, président de la commission des lois, du 28 juillet au 5 août. La mission s’était auparavant rendue à Wallis.
Cette mission donnera lieu à des rapports qui seront présentés à la commission des lois en octobre, puis publiés.

>> La dépêche AFP du 5 août
>> Toute la revue de presse

   

La disparition d'Ibni Saleh reste sans réponse

Un article d'Anthony Gautier, Apostrophe 45, 5 août 2014

140805 apostrophe45 ibni

   

Jean-Pierre Sueur en Nouvelle Calédonie

Lundi, 28 Juillet 2014 11:15

Du 26 juillet au 5 août, Jean-Pierre Sueur préside une délégation du Sénat en Nouvelle Calédonie. La mission de cette délégation est double.
En premier lieu, elle fera une analyse des services publics, notamment dans les domaines de la justice, de la police, de la gendarmerie, de l’administration pénitentiaire, de la sécurité civile ainsi que des transferts de compétences aux autorités locales.
Par ailleurs, cette mission travaillera sur la mise en œuvre des accords conclus en matière institutionnelle. Dans ce cadre, elle rencontrera des responsables politiques et des parlementaires de la Nouvelle Calédonie.
Cette mission se traduira par un rapport qui doit être rendu en octobre.

   

« Il est urgent de changer le nom de la région Centre et de l’appeler région Val de Loire »

Lundi, 28 Juillet 2014 10:51

Jean-Pierre Sueur s’est à nouveau prononcé, lors d’une conférence de presse, en faveur d’un changement de nom de la région Centre.


>> Lire l’interview qu’il a donnée à Philippe Ramond parue dans La République du Centre du 22 juillet

>> Ecouter l'interview de Jean-Pierre Sueur sur France Bleu Orlééns  par François Guéroult dans le journal de 7 heures du 23 juillet

   

Le projet de loi sur « l’égalité réelle entre femmes et hommes » adopté définitivement

Lundi, 28 Juillet 2014 09:55

Le projet de loi sur « l’égalité réelle entre femmes et hommes » a été adopté définitivement par le Sénat et l’Assemblée Nationale le mercredi 23 juillet.
Lire :
>> L’intervention de Jean-Pierre Sueur qui porte notamment sur le titre du projet de loi
>> Le texte définitif de la loi adoptée

   

Christiane Taubira a inauguré le Centre pénitentiaire de Saran

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimer

Lundi, 28 Juillet 2014 09:41

IMG 5438

Lors de l’inauguration du Centre pénitentiaire de Saran le 26 juillet, Jean-Pierre Sueur a souligné que cette inauguration était une réponse aux critiques injustes et infondées qui ont été faites à Christiane Taubira au sujet de la nouvelle loi pénale. Les prisons sont nécessaires. Et Christiane Taubira a engagé la construction de 6 500 places de prison et la rénovation d’établissements qui doivent l’être (comme la Santé à Paris, Fleury-Mérogis et les Baumettes à Marseille).

Jean-Pierre Sueur a dit que la prison « devait protéger la société, punir, mais aussi préparer la réinsertion des détenus ». Cela nécessite, pour lui, que la sortie de prison soit préparée par des aménagements de peine et des mesures appropriées. « Les "sorties sèches" produisent de la récidive » a-t-elle dit ; « le but de la détention en maison d’arrêt ou en centre pénitentiaire n’est pas que ceux qui ont vécu cette détention y reviennent », ce qui suppose un suivi des personnes détenues avant et après leur libération. Jean-Pierre Sueur a souligné, à cet égard, le rôle essentiel des personnels de l’administration pénitentiaire et des services pénitentiaires d’insertion et de probation (pour lesquels de nombreux postes sont créés).
Jean-Pierre Sueur a dit que si l’on veut qu’à chaque délit corresponde une sanction, pour lutter contre l’impunité, il fallait d’autres peines que la détention : c’est le sens de la « contrainte pénale » instaurée par le projet de loi. Il a enfin remercié Christiane Taubira pour avoir défendu cette « loi de la République » visant à une meilleure efficacité dans la politique pénale, malgré « les mensonges, les insultes et les injures ».
Lire :

Photo : Apostrophe 45

   

"Péguy est toujours d'actualité"

Nous vous signalons une interview de Géraldi Leroy dans La République du Centre du 27 juillet

140727 rc peguy

   

Les contrats de partenariat (PPP) : des bombes à retardement ?

Lundi, 21 Juillet 2014 14:38

Sous ce titre, Hugues Portelli, sénateur du Val d'Oise, et Jean-Pierre Sueur ont publié un rapport qui fait le point - dix ans après sa création - sur la procédure des "Partenariats Public-Privé" (PPP).

Dans ce rapport, Hugues Portelli et Jean-Pierre Sueur mettent en avant les risques, principalement financiers, qu'induit le recours aux PPP et font 13 propositions pour prémunir les collectivités locales et l'Etat contre ces risques.

> A lire :

>> Dans la presse : 

 

   

Réforme pénale : la loi définitivement adoptée

Lundi, 21 Juillet 2014 10:58

Le projet de loi relatif à la prévention de la récidive et à l'individualisation de la peine a été définitivement adopté.

> Lire l'intervention de Jean-Pierre Sueur lors de la dernière séance consacrée à ce texte

> Le texte définitivement adopté

> le dossier législatif

> l'article d'Apostrophe45 du 19 juillet

 

   

Organisation et moyens de lutte contre les réseaux djihadistes

Lundi, 21 Juillet 2014 10:37

Les sénateurs Nathalie Goulet, François Zocchetto et les membres du groupe UDI-UC ont déposé une proposition de résolution tendant à la création d'une commission d'enquête parlementaire sur l'organisation et les moyens de la lutte contre les réseaux djihadistes en France et en Europe.

Jean-Pierre Sueur a présenté un rapport devant la Commission des Lois du Sénat concluant à la recevabilité de cette résolution.

> Lire le rapport de Jean-Pierre Sueur

> L'article d'Apostrophe 45

   

La "disparition" d'Ibni Oumar Mahamat Saleh évoquée lors du déplacement de François Hollande au Tchad

Lundi, 21 Juillet 2014 10:16

140721 Pr.Ibni-Oumar-Mahamat-Saleh1Gaëtan Gorce et Jean-Pierre Sueur avaient écrit à François Hollande, président de la République, pour lui demander d'évoquer lors de son déplacement officiel au Tchad la "disparition" en 2008 d'Ibni Oumar Mahamat Saleh, principal opposant au régime.

La question a été posée par un journaliste de France Télévision lors d'une conférence de presse des deux chefs d'Etat. François Hollande a déclaré : "Chaque fois qu'il est question des droits de l'Homme ou de la disparition d'une personne ou d'un opposant, je fais toujours entendre la voix de la France". 

> Lire l'article paru sur Alwidha Info

> La réaction de Gaëtan Gorce sur Twitter

   

Le livre sur Augustin Cornu est paru

Mardi, 15 Juillet 2014 13:55


couverturecornu"Augustin Cornu, homme de culture et militant passionné" : c'est sous ce titre que vient de paraître un livre dédié à Augustin Cornu, conçu et réalisé à l'initiative de Daniel Richard.

> Lire la préface de Jean-Pierre Sueur

> Pour commander ce livre 

   

Ancien conseiller municipal d'Orléans, Jean Larigauderie nous a quittés

Mardi, 15 Juillet 2014 12:34

140715 LarigauderieJean   LARIGAUDERIE, qui vient de nous quitter, a été conseiller municipal d'Orléans, dans l’opposition à partir de 1983, puis dans l'équipe élue en 1989. Je garde de lui le souvenir d'un homme de conviction, très chaleureux et amical. Ses convictions, elles avaient été forgées dans le syndicalisme. Entré comme tourneur-fraiseur à l'usine d'Ambert, à Orléans, il y est resté quarante-deux ans, gravissant les échelons dans la vie professionnelle et s'engageant constamment au sein de la CFTC, puis de la CFDT. Il devait ensuite adhérer au PSU, puis au Parti Socialiste. Homme de conviction, Jean l'était vraiment : il ne transigeait pas avec ses valeurs et avec l'idée qu'il se faisait de la justice, quitte à prendre parfois des décisions difficiles, qu'il assumait pleinement. Il était très attaché à notre ville d'Orléans ainsi qu'à son quartier de la Barrière Saint-Marc où il vivait, rue du Nécotin. Il participait aux activités du comité de quartier et était estimé de tous. J'exprime toute mon amitié à son épouse Jacqueline, à ses enfants et à toute sa famille.

   

Après la réussite de la Commission mixte paritaire, la réforme pénale sur la bonne voie

Mardi, 15 Juillet 2014 10:47

Je me réjouis profondément de ce qu'un accord ait pu être trouvé le mardi 8 juillet entre l'Assemblée Nationale et le Sénat sur le projet de réforme pénale qui devrait être définitivement adopté le 16 juillet par l'Assemblée Nationale et le 17 juillet par le Sénat.

Ce texte est loin d'être laxiste. Tout au contraire, son but est de mettre fin à l'impunité. Tout délit doit donner lieu à une sanction. Mais pour que tout délit donne lieu à une sanction, il ne faut pas que la sanction s'identifie obligatoirement à la prison. Il faut, au contraire, des peines diversifiées et individualisées.

Les peines seront donc, selon les cas, la prison, la contrainte pénale ou l'amende. 

Ce texte rompt donc avec l'idée du "tout carcéral". Mais au profit d'une conception exigeante de la peine.

L'accent est, en outre, mis sur le fait que les "sorties de prison" doivent être soigneusement préparées et donner lieu à un suivi individualisé, afin de favoriser la réinsertion des détenus et, ce faisant, de lutter contre la récidive.

Jean-Pierre Sueur.

> Le communiqué de Jean-Pierre Sueur et Jean-Pierre Michel à l'issue de la CMP

> Lire l'article de Franck Johannès, Le Monde du 9 juillet

> Voir ou revoir le Talk Orange-Le Figaro du 7 juillet

> L'article de Paule Gonzales dans Le Figaro du 8 juillet