Interventions et prises de position

Vous trouverez ci-dessous les dernières prises de position de Jean-Pierre Sueur.

 

En barrant sa une de ces trois lettres : « Ouf », le quotidien « Libération » a résumé la réaction de très nombreux Français. Une grande majorité des électeurs a su, dans un vrai sursaut, avec la constitution de ce front républicain et ces très nombreux désistements, éviter le pire et comprendre que l’absolue priorité était de défendre toutes nos valeurs républicaines

Pour ce qui est du Loiret, je salue et félicite donc les cinq candidats, appartenant à des partis politiques très différents, qui ont su et qui ont pu rassembler très largement autour de ces valeurs républicaines, et pour elles ! Et je salue et félicite aussi toutes celles et tous ceux qui ont choisi de se désister alors qu’ils auraient eu la possibilité et la légitimité de se maintenir au second tour, mais qui ont choisi l’essentiel plutôt que leurs ambitions personnelles ou leur choix partisan.

C’est ainsi que, alors que nous pouvions craindre que de deux députés RN, on passe à trois, nous sommes passés de deux à un, grâce à l’intense mobilisation de Constance de Pélichy, d’Anthony Brosse, de leurs suppléants et de tous ceux qui les ont soutenus, quels que soient leurs bords politiques.

On me permettra un mot sur la seconde circonscription du Loiret qui avec la victoire d’Emmanuel Duplessy, que je félicite, bien sûr, retrouve un député de gauche après 36 années d’interruption et les 7 années durant lesquelles Jean-Claude Portheault en a été le député ! Je me souviens comme si c’était hier de ce soir de juin 1981… où nous avons été, avec Jean-Claude, tous deux élus députés du Loiret…après, là encore, 23 ans, au moins, de désert parlementaire pour la gauche dans le Loiret….

Cela montre, une fois de plus, que la gauche peut gagner, réussir et agir…même dans ce département réputé « droitier » qu’est le Loiret ! Elle peut gagner dès lors qu’elle est elle-même, fidèle à ses convictions, réaliste, et présente « sur le terrain ».

Enfin, toujours pour ce qui est du Loiret, ce scrutin pose un problème d’éthique. Ainsi, le RN (Ex Front National) a cru pouvoir investir une candidate n’habitant pas le département, qui n’est jamais venue dans la circonscription où elle était candidate, et n’a fait aucune déclaration ni durant la campagne électorale, ni le soir des élections, puisqu’elle était « injoignable » …Il y a des limites à l’imposture ! Et l’on peut s’étonner que, même au second tour, un nombre important d’électeurs aient voté pour cette candidate fantomatique.

Et maintenant, que va-t-il se passer ?

Les médias bruissent de conjectures. Et je craindrais que l’on en revienne à d’improbables combinaisons politiciennes en tous genres.

Ce qui me paraît clair, c’est que l’époque où chaque élection présidentielle entraînait dans son sillon une forte majorité absolue pour le président élu - cette période, donc, est révolue. Si, de surcroît, on introduit la proportionnelle, ce serait encore plus le cas ! Notons que cette situation est celle que connaissent aujourd’hui la plupart des pays d’Europe. Or, en France, nous n’avons pas l’habitude de cette configuration. Nous avons plutôt l’habitude d’une alternance entre une gauche républicaine et une droite républicaine. Mais le projet politique du « en même temps » mis en œuvre par Emmanuel Macron a tué cette forme d’alternance.

Alors que faire ?

Premier point : la gauche, qui est arrivée en tête des trois grands ensembles politiques qui composent l’Assemblée Nationale doit jouer un rôle majeur et rester fidèle à ses projets, ses convictions et ses valeurs.

Second point : elle doit se montrer ouverte. Car, sinon, il n’y aurait pas de majorité possible, et donc de vie et de survie, pour aucun gouvernement.

Troisième point : il faut, à mon sens, en revenir à Pierre Mendès France qui dans son livre « La République Moderne » plaidait pour des contrats de législature, engageant sur un programme et sur un ensemble de réformes, ceux qui décideraient de se rassembler. C’est le cas - on le sait- dans nombre pays d’Europe.

Autrement dit : non à toute coalition de circonstance, sans principe. Non pour le retour à ce que la Quatrième République avait de pire. Mais oui pour un rassemblement sur un programme négocié où les convictions et les projets de la gauche - sur la justice, les droits humains, la santé, les services publics, etc.- prendraient toute leur place !


Certains penseront que c’est impossible ou idéaliste. Je répondrai que le pire n’est pas toujours sûr…et que je ne vois pas très bien ce que la gauche peut proposer d’autre, dans l’état actuel des choses. Et je n’oublie pas non plus que cela dépend pour une part non négligeable de ce que voudra le président de la République.
 

Jean-Pierre Sueur

L’extrême droite est donc aux portes du pouvoir. Il faut y faire barrage.

C’est pourquoi j’appelle les électrices et les électeurs du Loiret à voter pour les candidats des partis qui, dans toute leur diversité, sont fidèles aux valeurs de la République : Stéphanie Rist (1ère circonscription), Emmanuel Duplessy (2ème), Constance de Pélichy (3ème), Bruno Nottin (4ème), Antony Brosse (5ème) et Richard Ramos (6ème).

L’extrême droite est donc aux portes du pouvoir. Et cela appelle beaucoup de questions douloureuses. Et d’abord, qu’avons-nous fait - ou que n’avons-nous pas fait - dans les années et les décennies qui précèdent pour en arriver là.

On peut répondre en pointant du doigt les déficiences des politiques publiques, les territoires qui se perçoivent comme abandonnés, les personnes qui ne se sentent plus comprises ni écoutées - même par les partis de gauche et leurs dirigeants.

Mais on doit aussi, je crois, prendre en compte ce qui est dans notre pays un relâchement quant au respect des valeurs républicaines. Cela commence à l’école et continue dans les familles, dans les quartiers, sur les écrans. Le relativisme se déploie. Toute parole est censée en valoir une autre. On oublie l’essentiel face à ce que Blaise Pascal appelait le « divertissement ».

Ces questions sont graves. Il sera nécessaire et salutaire de s’y atteler, de réfléchir et d’agir en conséquence.

Mais pour l’heure, c’est l’urgence qui doit nous appeler à faire clairement barrage à l’arrivée du RN. Il est l’héritier du Front National. Et malgré les apparences, il en a gardé la philosophie - si l’on peut employer ce mot -, les ‘a priori’, les positions xénophobes, à rebours de tout humanisme.

Son discours anti-immigrés est terrible. Il fait peu de cas des êtres humains qui, poussés par la misère ou l’oppression, après de longues marches, traversent - quand ils y arrivent ! - la Méditerranée dans des rafiots surchargés pour le plus grand profit des passeurs. Cette mer, comme la Manche, devient un cimetière à ciel ouvert, devant trop d’indifférence.

Quant à ceux qui disposent d’une « double nationalité », ils sont purement et simplement menacés de ne plus pouvoir exercer un certain nombre d’emplois publics.

C’est revenir au système des purges, des citoyens de seconde zone. Bref, à l’absolu contraire de tout ce qui peut s’appeler « humanisme », sans parler de la négation même de notre Constitution.

Alors il faut voter, appeler à voter massivement contre le RN.

Bien des questions resteront posées, conséquences de l’inconséquence d’Emmanuel Macron, qui a choisi de dissoudre l’Assemblée nationale dans une intégrale solitude. Quel gouvernement après ? Comment ? Ce sont de vraies questions. Mais pour l’heure, il faut se battre contre le danger imminent.

Je terminerai en citant Louis Aragon dans « La rose et le réséda » :

Quand les blés sont sous la grêle,

Fou celui qui fait le délicat

Fou qui songe à ses querelles

Au cœur du commun combat.

 

(Ce texte paraîtra dans Témoignage chrétien du jeudi 4 juillet).

 

François Bonneau nous offre un bel argument pour lutter contre les propagandes grossières sur le Nouveau Front Populaire.

Chacun constate aujourd’hui que la région Centre Val de Loire, qu’il préside, est bien gérée et que la plupart des actions qu’elle mène sont appréciées de manière consensuelle. Or l’exécutif et la majorité du conseil régional sont composés exactement de représentants de tous les partis qui composent le Nouveau Front Populaire !!!

Finissons-en donc avec ces vaines propagandes. Et rassemblons-nous pour lutter contre le grave danger que représente le RN (ex Front National) !

Très triste du décès de Paul Chemetov, architecte et urbaniste. Il avait joué un rôle majeur dans l'équipe que j'avais réunie pour la rédaction du rapport "Demain la ville", remis au gouvernement en 1998. Depuis, nous étions restés amis.

Son oeuvre est une page de l'architecture du 20ème siècle. Il avait notamment été l'architecte du ministère des finances, à Bercy, et de très nombreuses réalisations de toute nature. il était toujours en mouvement, toujours créateur, toujours en réflexion sur l'urbanisme du futur... encore très récemment.

Merci, cher Paul !

Il est, pour moi, essentiel que le programme du Nouveau Front Populaire soit clair et sans ambiguïté sur l'Ukraine et la Palestine. Cela est important en ce moment où tous les partis de gauche se rassemblent, en dépit de leurs divergences, pour faire barrage au grave danger que serait l'arrivée de l'extrême droite au pouvoir.

Pas une voix ne doit manquer à ce rassemblement salutaire pour notre République !

Jean-Pierre Sueur

Ce dimanche 9 juin, je voterai pour la liste menée par Raphaël Glucksmann, présentée par le Parti Socialiste et Place Publique.

Je le ferai avec conviction. Je le ferai avec espoir.

Pourquoi ?

D'abord, parce que Raphaël Glucksmann croit en l'Europe. Il ne fait pas, comme d'autres, une campagne franco-française.

Non : il sait et il dit que dans le monde où nous vivons, face à des blocs, à des continents, comme les États-Unis, La Chine, l'Inde, La Russie, etc., il faut que l'Europe soit une vraie puissance qui pèse de tout son poids pour défendre la démocratie, le retour à la paix, les droits de l'homme, notre modèle social, notre souveraineté scientifique, industrielle, agricole, etc. Revenir en arrière, comme c’est proposé par d'autres, ce serait perdre, aller vers un effacement.

Son programme est très clair. Il porte les valeurs du socialisme démocratique et de la social-démocratie en lesquelles le rocardien que je suis, qui est aussi un admirateur de Jacques Delors, de Robert Badinter et de tant d'autres, se reconnaît pleinement.

Il préconise une vraie défense européenne : nous devons aider efficacement l'Ukraine. Si elle perdait, les conséquences seraient très lourdes pour les pays d'Europe.

Il préconise une souveraineté européenne dans tous les domaines. Pour ne prendre que ce seul exemple, il est impossible que l'Europe ne produise plus nombre de médicaments pourtant essentiels. Cela vaut pour l'industrie, l'agriculture, les technologies de toutes sortes.

Il préconise une Europe de la justice, Une Europe sociale, avec des propositions concrètes sur la fiscalité et la répartition des aides européennes.

Il préconise une Europe de la jeunesse. Les projets « Erasmus » sont d'ores et déjà un grand succès. Il faut aller plus loin !

En matière écologique, ses propositions sont à la fois ambitieuses et réalistes.

Je pourrais continuer…

Je préfère dire, pour finir, que dans ce monde où les dictatures, les exécutifs autoritaires, sont – hélas – nombreux, L'Europe doit montrer et démontrer que le progrès la démocratie, le bien-être et le respect des droits humains vont de pair.

En écoutant Raphaël Glucksmann, j'ai eu le sentiment que lui-même et sa liste présentaient un nouveau souffle, que la gauche en laquelle nous sommes nombreux, comme je le suis, à nous reconnaître, apportait un nouvel espoir, une nouvelle chance.

Alors saisissons-les !

Jean-Pierre Sueur

À lire les réactions des associations nationales d'élus, on voit que le rapport que le député Éric Woerth vient de remettre au président de la République, n'apporte ni la clarté, ni la simplification, ni le renouveau qui sont attendus - et ont été annoncés - en matière de décentralisation. Je ne suis même pas sûr, à lire ces réactions, qu'il permette un partage des compétences plus intelligible là où la confusion s'est installée !

.. Si bien que je crains fort qu'on ne retienne - comme l'a fait une partie de la presse - qu'une seule mesure préconisée par ce rapport : la fin du non-cumul des mandats.

Pour avoir voté cette réforme, durant le quinquennat de François Hollande, pour y être encore très attaché, l'expérience aidant, je suis et reste en désaccord avec cette proposition qui revient régulièrement dans le débat. Et je voudrais dire pourquoi en quelques mots.

D'abord, je pense que la France compte assez de talents, de citoyennes et citoyens motivés, pour que les mandats politiques soient partagés.

J'ajoute qu’après avoir longuement siégé à l'Assemblée nationale et au Sénat, j'ai pu mesurer très concrètement les conséquences du cumul des mandats généralisé. Il n'est malheureusement pas possible d'exercer à plein temps à la fois un mandat de maire de grande ville ou de président d'une métropole et un mandat parlementaire. Cela se traduit forcément par un absentéisme, ou une moindre présence et un moindre engagement au sein des assemblées parlementaires.

Je sais qu'on me répond toujours que le cumul est nécessaire pour assurer la « proximité » (c'est le maître mot !) des parlementaires auprès des citoyens.

Je rétorque à cela que rien n'empêche (tout au contraire !) les parlementaires d'être présents sur le terrain deux ou trois jours par semaine… Il suffit de le vouloir. Et cela n'impose pas la nécessité du cumul.

Et à ceux qui ne me croiraient pas, je fais et je ferai part de mon expérience personnelle.

J'ai été une dizaine d'années député, puis 22 ans sénateur, sans exercer de mandat exécutif local. Et je me suis tout le temps considéré comme un parlementaire de proximité. C'est reconnu, je crois. Et sur les 12 années où j'étais maire d'Orléans, j'ai exercé ce seul mandat durant près de 9 ans. Et j'ai pu voir combien se consacrer à une grande ville et à son agglomération demandait du temps.

Je précise donc que j’ai pu, par le passé, ne pas avoir la même prévention quant au cumul des mandats mais que c'est uniquement l'expérience qui m'a conduit à défendre le non-cumul. Tout parlementaire peut (et doit) être proche des citoyens, des collectivités locales, des associations, des entreprises… Il suffit de le vouloir.

Pour ne pas finir sur une note négative, je soulignerai une mesure de ce rapport qui me paraît positive et opportune : la suppression des pays, autrefois créés par Charles Pasqua.

Les élus locaux sont en effet « absorbés » par une multitude de réunions : sans compter ce qui relève des régions ou des départements, les élus locaux doivent faire face à la mairie, mais aussi au sein de l'intercommunalité et des pays, à une multitude de réunions de conseils, commissions, groupes de pilotage, etc.

Je ne méconnais pas ce qu'un certain nombre de pays ont pu faire de positif. Mais souvent leur rôle principal consiste à gérer et répartir les aides financières venues des régions. Je crois que cela peut très bien être fait désormais par les intercommunalités (communautés de communes ou d'agglomération, etc.), avec lesquelles les régions pourront passer des contrats directement, sans que les pays soient indispensables à cet égard.

Jean-Pierre Sueur

D'Henri Nallet, qui vient de nous quitter, je garde la mémoire de ce dirigeant national de la JEC (Jeunesse Etudiante Chrétienne) qui s'est battu pour l'indépendance du mouvement face aux ultimatums de l'épiscopat, et en a tiré les conséquences en 1965, et puis du député socialiste, du maire, du défenseur de l'agriculture, depuis l'INRA, où il était chercheur, jusqu'au ministère. 

Je garde la mémoire de l'ami qu'il était.

Merci, Henri !

La médiathèque d’Orléans a trente ans !

Trente ans, que cela passe vite !

Je me souviens – comme si c’était hier… – de la volonté qui fut la nôtre, celle de mon équipe municipale et de moi-même, de faire en sorte que tous les édifices culturels ne soient plus concentrés à proximité de la cathédrale.

La bibliothèque municipale était à l’étroit dans le magnifique Hôtel Dupanloup - que j'ai toujours aimé et qui a, c'est heureux, trouvé, avec l'université d'Orléans, de nouvelles vocations.

La nouvelle médiathèque serait donc sur les mails en lieu et place d'un Hôtel de Police qui, lui aussi, était devenu inadapté et qui devait émigrer vers le faubourg Saint-Jean, après que Michel Charasse, ministre du Budget de l'époque, nous eût fait payer le « juste » prix… selon lui… pour l'acquisition du bâtiment et surtout du site.

Il y eut également des discussions et procédures avec une pizzeria (devenue au fil du temps une annexe de l'Hôtel de Police…) et une famille voisine ! Ce lieu, j’avais perçu, avant même d'être maire, qu'il était stratégique. Il offrait une belle perspective sur les mails. Certains reprochèrent qu'il fût proche de l'immeuble voisin, qu’il soit en face de l'église Saint-Paterne. Ils annoncèrent que le bruit serait infernal : on voit aujourd'hui qu'un beau silence règne à tous les étages !

Nous avons surtout choisi de faire un concours d'architecture : j'aimais cette procédure, trop souvent en voie de disparition, qui permettait de confronter les projets, de parler (ce que l'anonymat ne permet plus) avec les différents concepteurs.

Et au terme d'une longue journée, le projet de Dominique Lyon et Patrice du Besset s'imposa à nous.

Je voulais que l'architecture du XXe siècle puisse être présente à Orléans avant que ce XXe siècle s'achève : c’en fut une belle occasion.

L'architecture très contemporaine du bâtiment fut d'abord incomprise ou décriée. Je me souviens avoir été quasiment « convoqué » par la Société historique et archéologique de l’Orléanais pour justifier un tel projet.

Je fis observer que, bien qu'il soit fait de matériaux contemporains, ce projet de Lyon et du Besset relevait d'une esthétique classique avec ses lignes, ses courbes, simples, épurées.

On me prédit qu'avec un tel projet je ne serais pas reconduit aux prochaines élections…lors desquelles mon équipe et moi-même obtinrent plus de 57% des suffrages…

Entre-temps, les orléanais s'étaient appropriés ce nouvel équipement. Les jeunes, bien sûr, mais aussi toutes les générations… Aujourd'hui, il fait partie du paysage. La médiathèque brille sous le soleil et s'illumine la nuit. Je crois pouvoir dire qu'elle fut, et qu'elle est, un succès.

Et je veux en cette occasion souligner l'action, l'appui, le soutien d'Augustin Cornu, adjoint à la culture, hélas disparu, qui sut croire et faire croire en ce projet et suivre de près sa réalisation.

J'ajoute que le choix d'implanter ce bâtiment en un lieu situé sur les mails allait de pair avec le projet qui était déjà le mien (et qui était, auparavant, celui de Michel de la Fournière) et qui consistait en un profond renouveau des mails.

Les mails furent un espace de convivialité et de rencontres dans le passé. Ils sont devenus une pseudo-autoroute !

Ce renouveau des mails concerne Orléans mais aussi toute l'agglomération, car les mails sont finalement l'axe central, principal de la métropole.

Mais comme le projet de renouveau coûtera cher, même si on étale sa réalisation dans le temps (son commencement était prévu dans mon programme pour les élections municipales de 2001 !), il faut qu'il soit un vrai renouveau, que l'on s'inspire des « Ramblas » de Barcelone, avec de larges espaces pour les piétons, la convivialité, la verdure, les deux roues, qui ne soient plus enserrés - et comme emprisonnés - entre de lourdes voies de circulation automobile.

L'enjeu est important ! Il est décisif pour les décennies et même le siècle qui viennent. Cela mérite un vaste débat et des projets novateurs !

Jean-Pierre Sueur

 

Contre la violence - toujours répréhensible -, Michel Rocard avait montré le chemin, celui du dialogue envers et contre tout.

  Les accords de Paris puis de Nouméa ont permis 30 années de paix civile.

  Chacun se souvient de la poignée de mains entre Jean-Marie Tjibaou et Jacques Lafleur. 

 

Le dialogue, ardente et urgente nécessité, doit précéder la loi constitutionnelle, et non l’inverse.

 

On trouvera ci-dessous les liens avec les deux rapports récents que j’ai rédigés au Sénat avec mes collègues Philippe Bas,

François-Noël Buffet et Hervé Marseille, après un déplacement en Nouvelle Calédonie, au cours duquel nous avons auditionné TOUTES les parties prenantes. Ces rapports présentent de nombreuses pistes pour ouvrir et poursuivre le dialogue afin de trouver un accord solide :

- Avenir institutionnel de la Nouvelle Calédonie (Rapport d’étape) (27 juillet 2022).
- Nouvelle Calédonie :Renouer avec la promesse d’un destin commun pour tous les calédoniens (12 juillet 2023)

Je me souviens de mon émotion lorsque, jeune député, j'ai applaudi son discours du 17 septembre 1981 à l'Assemblée nationale, puis voté l'abolition de la peine de mort, bouleversé par son inoubliable plaidoirie. Et aussi de son autre plaidoirie, plus récente, pour l'abolition universelle de la peine de mort. Je me souviens de cette phrase de lui : « La principale cause de la récidive, c'est la condition pénitentiaire ». Ce combat pour la « régulation carcérale » et l'amélioration des conditions de détention est toujours devant nous ! Je pense encore à toute l'amitié qu'il me porta lorsque nous siégions ensemble au Sénat. J'ai mesuré au Sénat combien il était « l'éloquence incarnée ». Il m'a légué, en partant, ce dossier auquel il tenait tant de la « compétence universelle » du juge français par rapport aux crimes relevant de la Cour pénale internationale. Depuis, nous avons pu avancer sur ce sujet, avec son soutien, mais il reste encore du chemin à faire. Je me souviens aussi de sa passion pour l'œuvre et la personne de Victor Hugo… Il y aurait tellement à dire…

Alors, je dirai simplement aujourd'hui : un grand merci pour tout, cher Robert Badinter !

Jean-Pierre Sueur

Au moment de présenter des vœux, je pense d’abord à toutes celles et tous ceux qui souffrent de la guerre qui, décidément, revient toujours et encore dans notre monde, comme si les leçons de l’histoire étaient continuellement oubliées.

Inexcusable est l’agression de Poutine contre l’Ukraine, comme l’est le terrorisme du Hamas, comme l’est aussi l’acharnement de Netanyahou à bombarder massivement les populations civiles. Puissent les instances internationales, les diplomaties du monde entier, les femmes et les hommes de bonne volonté être entendus lorsqu’ils œuvrent pour ce bien si précieux qui s’appelle la paix !

En France, l’année sociale a été rude, et le dialogue social n’a pas prévalu, c’est le moins qu’on puisse dire, s’agissant en particulier de la réforme des retraites. Et l’adoption, dans les conditions que l’on sait, de la loi sur l’immigration, suscite de lourdes inquiétudes car une ligne a été franchie, puisque nombre des articles de cette loi mettent en cause les valeurs de la République, et sont autant contraires à l’égalité qu’à la fraternité. En outre, quelle absurdité que de dissuader les étudiants étrangers de s’inscrire dans nos universités en leur imposant une caution qu’ils ne récupèreraient qu’en partant, comme si on voulait absolument se débarrasser d’eux ! Quel message à la jeunesse du monde !

Alors, pour 2024, je souhaite de tout cœur que les artisans de paix soient entendus et que nous sachions restaurer, et faire vivre, les si précieuses valeurs de la République.
Et je présente mes vœux les plus sincères à tous les habitants du Loiret, et particulièrement à ceux qui souffrent des difficultés de la vie ! Que pour toutes et tous la vie soit meilleure !

Jean-Pierre Sueur
Membre honoraire du Parlement
Ancien ministre

Il faut grandement remercier ceux qui ont créé l'Association pour le Théâtre d'Aujourd'hui à Orléans (ATAO), inspirés par Marcel Réggui, dans la foulée de l'APAC puis des Semaines Musicales d'Orléans. Il faut fortement remercier le président, Jean-Marie Caplane, pour son infatigable dévouement, jusqu'à la présentation du "Bourgeois Gentilhomme" de ce mardi soir.

En 53 ans, l'ATAO aura présenté 323 pièces de théâtre à Orléans, contribuant à donner un nouveau souffle à la culture et à créer un public... Aujourd'hui, la "relève" n'est plus là pour "porter" l'association. Puisse cependant l'état d'esprit qui était celui de l'ATAO subsister et renaître sous d'autres formes !

Jean-Pierre Sueur

J'ai participé ce vendredi à l'inauguration au cœur d’Orléans d’une œuvre à la mémoire de Jean Zay, « ministre de l’intelligence » - qui a payé de sa vie son attachement à la République - et de son épouse Madeleine, due à Patrick et Anne Poirier, en référence aux banquets républicains de la Troisième République, en présence de Gabriel Attal, ministre de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse.

 
 

Ce texte a été initialement publié sur le site de l'association des Amis du Patrimoine Hospitalier d'Orléans.

 

Durant 12 ans, de 1989 à 2001, en ma qualité de maire d’Orléans, j’ai eu l’honneur de présider le conseil d’administration du CHRO, car cette responsabilité était alors dévolue aux maires. J’en garde un excellent souvenir. Car cela m’a permis de connaître les grandes vertus de celles et ceux qui travaillent à l’hôpital : la fréquentation quotidienne des patients, des malades, a pour effet, chez toutes et chez tous, une grande humanité, une grande attention à tous ces êtres humains qui sont soignés, opérés, pris en charge.

Autour de la table, il y avait les représentants des médecins, dont le rôle est bien sûr essentiel, de l’ensemble des autres personnels, dont le rôle est également essentiel, car sans eux, les médecins ne pourraient pas assumer leurs tâches, de l’administration, à commencer par le directeur général de l’hôpital, de l’État, des élus et des usagers. Je me suis efforcé, durant ces 12 ans, au cours de réunions souvent longues, que tous puissent s’exprimer, que toutes les paroles soient prises en compte. N’étant pas directement impliqué dans beaucoup des choix, mais me sentant toujours concerné, je garde le souvenir de réunions sereines où chacun avait sa place.

Dans le même temps, j’étais déjà préoccupé par la transformation du CHRO en centre hospitalo-universitaire. Les contacts avec la faculté de médecine de Tours ne menaient à rien ! Et je reste frappé par l’imprévoyance des pouvoirs publics en ce qui concerne la formation des futurs médecins. Que de restrictions inutiles, néfastes, dont nous payons le prix aujourd’hui ! Toujours est-il que, lassé de ces réponses négatives, je me suis tourné vers des CHU du sud de l’Île de France, qui se sont montrés plus ouverts à l’idée d’une coopération avec le CHRO…Mais tout cela est de l’histoire ancienne…. Ayant eu l’occasion, en tant que sénateur, de rencontrer des maires et des élus de la plupart des 320 communes du Loiret, je peux dire que leur principale préoccupation est aujourd’hui la désertification médicale. Heureusement, suite à une « union sacrée » des élus, Jean Castex, alors Premier ministre, a pris la décision tant attendue…. Alors vive le CHU !

J’ajoute que je n’ai jamais compris l’intérêt de déplacer la faculté de droit et de sciences économiques, qui a une très bonne réputation aux plans national et international, en centre-ville ! Mais avec l’arrivée du CHU, cette décision contestable trouve une issue favorable puisque les bâtiments de la Faculté de Droit, de bonne qualité, pourront accueillir les étudiants et les enseignants de la nouvelle Faculté de médecine.

Alors, oui, vive le CHU d’Orléans, tant (et trop) attendu !


Jean-Pierre SUEUR

 

 

J’avais déjà ressenti une première fois l’étrange impression que suscite la désintégration d’immeubles en une ou deux secondes. C’était le 19 juin 1992. Après beaucoup de réflexions, et même d’hésitations, nous avions décidé, alors que j’étais maire d’Orléans, la démolition de « la Borde aux Mignons », une véritable «forteresse » de barres et de tours située au cœur du quartier de l’Argonne. Le procédé fut le même que celui employé hier pour la T17 à Orléans La Source. Le but était le même : modifier en profondeur le quartier concerné, le restaurer, lui donner une nouvelle jeunesse, un nouvel avenir. Ce but fut largement atteint à l’Argonne, avec, de surcroît, l’avenue Jean Zay, celle des Droits de l’Homme, et l’arrivée du tramway, qui ont rapproché ce quartier du centre-ville.

Il n’empêche que ce n’est pas anodin - nous l’avons encore vu, ressenti, entendu, hier à La Source - que de voir démolis en une seconde des centaines de logements, d’abord voués à accueillir les femmes et les jeunes couples qui venaient de toute la France travailler aux Chèques Postaux, puis occupés par des centaines d’habitants, qui y ont vécu, s’y sont connus, s’y sont aimés, ont partagé les joies et les peines - en un mot, la vie, toute la vie. Ce foudroyage marque sinon l’échec, du moins le caractère dépassé ou obsolète de l’urbanisme des barres et des tours.

Mais il ne faut surtout pas faire de faux jugements. À l’époque, dans les années cinquante ou soixante, il manquait beaucoup de logements, il y avait encore beaucoup de baraquements. L’Abbé Pierre lançait un appel vibrant contre la misère du mal logement ou de l’absence de logement tout court sur les ondes de « Radio Luxembourg ». Il fallait construire, construire. Alors partout les élus - nos prédécesseurs - ont construit ces barres et ces tours qui représentaient alors la modernité et un bien-être : il y avait des salles de bain ! Nous aurions fait pareil.

Dès 1998, dans mon rapport « Demain la ville », puis dans mon livre « Changer la ville » (Odile Jacob, 1999), j’ai plaidé pour un changement radical de ces quartiers de barres et de tours.
Ces mutations apparaissent partout de plus en plus pertinentes. Mais n’oublions pas qu’elles n’ont de sens que si elles conduisent à ce que j’ai appelé (notamment dans plusieurs rapports rédigés au Sénat) une « nouvelle urbanité », c’est à dire des quartiers à taille humaine, où les différentes fonctions (habitat, commerce, travail, culture, formation, loisirs…) cohabiteront harmonieusement, où les espaces verts auront toute leur place, en un mot, où il fera bon vivre.

Alors, et alors seulement, on pourra dire que le foudroyage d’hier n’est pas le constat d’un échec, sur le temps, d’un projet vieux de 55 ans, mais le premier acte d’un vrai renouveau.

Jean-Pierre Sueur
 

Je tiens à présenter mes félicitations aux trois sénateurs du Loiret élus ce dimanche 23 septembre : Hugues Saury, Pauline Martin et Christophe Chaillou – et leur souhaiter à tous les trois plein succès dans leur mission, dont je sais combien elle est importante, à la fois dans le travail législatif et de contrôle au Sénat, et au service du Loiret, de ses communes, de notre département, de notre région et de nos concitoyens.
On comprendra que je sois particulièrement heureux de l'élection de Christophe Chaillou que j'ai chaleureusement soutenu. Grâce à son élection, il y aura un sénateur de gauche parmi les trois du Loiret, comme c'est le cas depuis vingt-deux ans ! Je sais que Christophe défendra, avec le sérieux, le dynamisme et le sens du travail que je lui connais, les valeurs et convictions que nous partageons. Et je ne doute pas que la représentation pluraliste de notre département au Sénat sera bénéfique pour ses communes et ses habitants.
Jean-Pierre Sueur

Outre le charme singulier que ce très beau village et sa forteresse recèlent, un détour par Yèvre-le-Châtel offre souvent d'heureuses surprises.

Ce fut le cas lorsque, à l'occasion du lancement de la restauration de l'église Saint-Gault (XIIe siècle), Colette Mercier me fit l'honneur et le plaisir de me permettre de découvrir le nouveau livre consacré, cette fois, à l'œuvre graphique de son mari, Claude Mercier. On sait que, sous l'égide d'Alain Di Stefano, maire délégué de Yèvre-le-Châtel, qui préside le comité pour la promotion et la protection de l'œuvre de Claude Mercier, qui résidait à Yèvre-la-Ville et dont le village de Yèvre-le-Châtel recèle plusieurs œuvres, un remarquable "catalogue raisonné" de son œuvre sculptée est paru en 2017.

Aujourd'hui, c'est l'œuvre graphique qui nous est restituée dans un nouveau livre publié aux éditions El Viso. Et ce livre mérite d'être contemplé et pas seulement lu... car c'est la même force d'âme qui unit l'œuvre de cet artiste, qu'elle soit sculptée ou graphique.

Et dans leurs textes d'introduction, David Caméo et Lydia Harambourg nous préviennent et nous mettent en garde, à juste titre : ce serait une profonde erreur que de reléguer l'œuvre graphique à n'être faite que d'esquisses ou d'ébauches en vue de sculptures à venir. Non ! Cette œuvre graphique existe pour elle-même, en elle-même. Mercier "explore ce que nous ne pouvons nommer comme visible et que le dessin effleure, pénètre, construit ou rétracte" écrit Lydia Harambourg.

Ce qui frappe, c'est la grande diversité des approches : monotypes noirs, monotypes couleur, plumes d'oie, encre de chine, taille douce, eaux fortes, gaufrage, gravure, lithographie, peinture à l'huile sur toile. Et au-delà de cette diversité - qui témoigne d'une intense et constante recherche - la sûreté des traits, leur sobre beauté, oui, une force - une force d'âme.

Jean-Pierre Sueur

  • Claude Mercier, œuvre graphique d'un sculpteur, éditions El Viso, 95 pages, 20€.
 
 

Chers lectrices et lecteurs, vous lisez présentement ma 939e – et dernière – lettre électronique hebdomadaire. Merci pour votre fidélité, pour l'intérêt que vous avez porté à mon action de sénateur, pour vos réactions et pour vos nombreux commentaires à la suite des textes que je publiais chaque semaine. Le dialogue avec chacune et chacun de ceux qui m'ont écrit a été très précieux dans l'exercice de ma mission.
Je précise – cela m'a été souvent demandé ces derniers jours – que je continuerai, bien sûr, à m'exprimer à l'avenir.
Mon site deviendra un blog qui sera constamment accessible : http://jpsueur.com. Ce blog sera interactif et il permettra évidemment le dialogue.
Je continuerai en outre à transmettre mon message sur mes deux pages Facebook (https://www.facebook.com/jeanpierresueurorleans et https://www.facebook.com/jpsueur) et sur X (ex Twitter) : https://twitter.com/JP_Sueur
Vous pouvez également me joindre sur mon adresse mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Je vous dis donc à bientôt.
Jean-Pierre Sueur

La République du Centre a consacré le mardi 19 septembre une large place au parcours de Jean-Pierre Sueur durant 42 ans de mandats électifs.
 
 
 
 
 

Sous le titre « Ils quittent le Sénat : Jean-Pierre Sueur, de Mitterrand à l’affaire Benalla », la chaîne parlementaire Public Sénat a consacré un article et une vidéo à Jean-Pierre Sueur.
 

Le 21 septembre 2023, le quotidien Le Figaro, a consacré un article à « cinq parlementaires historiques qui quittent la Chambre haute », parmi lesquels figure Jean-Pierre Sueur.

Gérard Larcher, président du Sénat, Roger Karoutchi, premier vice-président, et Jean-Pierre Sueur, questeur, ont dialogué le 17 septembre au Sénat avec une centaine de participants aux Journées du patrimoine.
 

Eu égard à l’ampleur des feux de forêt qui ont eu lieu en France au cours des dernières années, Jean-Pierre Sueur était intervenu auprès de Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, pour demander un renforcement des moyens affectés aux services d’incendie et de secours. Gérald Darmanin lui a répondu.

La directrice territoriale Centre-Val de Loire de la SNCF a informé les élus des travaux engagés pour moderniser la liaison ferroviaire Orléans-Vierzon. Ces travaux, d’un montant de 90 millions d’euros, seront réalisés entre 2023 et 2027.

Par une question écrite, Jean-Pierre Sueur avait, à la demande de l’Association de défense des moulins de la Cléry, interrogé le ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires sur les conséquences du décret n° 2020-828 du 30 juin 2020 modifiant la nomenclature et la procédure en matière de police de l'eau. Le ministre lui a répondu.

Je souscris sans réserve à la tribune publiée par des parlementaires de gauche et du groupe « Renaissance » (macronistes) pour demander la régularisation des travailleurs immigrés qui sont employés dans des « métiers en tension ».
Ce sont des hommes et des femmes qui travaillent dans la restauration, l'hôtellerie, la propreté, l'agriculture, le bâtiment et des travaux publics. Sans eux, notre économie ne fonctionnerait pas, et les activités en cause seraient sinistrées.
Le ministre de l'Industrie, Roland Lescure, l'a dit carrément : « il n'y aura pas de relance industrielle – a-t-il déclaré – sans recours à l'immigration. »
Ce qui est proposé est une mesure de bon sens. Elle est demandée par les intéressés, mais aussi par les employeurs !
J'ajoute que le même texte préconise que les demandeurs d'asile bénéficient d'un droit au travail.
En effet, aujourd'hui, un délai de six mois est requis entre leur arrivée en France et l'accès à un hypothétique emploi. Mais en attendant, que peuvent-ils faire ? Comment peuvent-ils vivre ?
Je récuse absolument le discours de la droite qui considère que ces mesures simples, justes, réalistes constitueraient un « appel d'air ». Je dis aux représentants de cette droite : ces femmes et ces hommes sont indispensables puisque nombre de Français ne veulent pas assumer les tâches qu'ils assument. Que proposez-vous ? Rien. Vous jouez sur la peur. C'est une facilité dont usent de manière délétère la droite et l'extrême droite : faire peur avec les étrangers ! Mais c'est absurde. Il y aura toujours des migrations. Et, en l'espèce, elles sont justifiées pour des raisons économiques.
J'en reviens – encore ! – à ce que j'ai dit au Sénat – et j'y tiens – : ces questions liées à l'immigration, il ne faut pas les exploiter, mais les traiter.
Cela vaut aussi pour tous ceux qui, après un exténuant voyage en Afrique, après une traversée de la mer Méditerranée au péril de leur vie, se retrouvent en grand nombre sur l'île italienne de Lampedusa. Il est clair que l'Italie ne peut gérer seule la question de leur accueil. Chaque pays d'Europe doit prendre sa part.
Et l'Europe tout entière doit agir pour mettre fin à cette noria de bateaux de la mort, qui se traduit par environ deux mille êtres humains morts chaque année dans la Méditerranée. Il faudra, à cet égard, revoir le fonctionnement de Frontex, et trouver les moyens de sanctionner enfin les passeurs qui envoient cyniquement ces êtres humains pauvres, misérables, démunis à la mort et mettre fin à leur sordide activité.
Jean-Pierre Sueur

Chacun voit bien que les annonces tonitruantes avant la rentrée des classes du président de la République et du ministre de l'Éducation nationale ne se sont pas traduites dans les faits. Et cela même si on a « bricolé » en formant à la hâte en quelques jours à peine des contractuels pour donner le change.
La réalité, c'est que si l'on veut une « école de l'exigence » donnant toute leur chance à tous les jeunes, une école de la connaissance, des savoirs fondamentaux et des autres savoirs, transmis au moyen de solides méthodes pédagogiques, un travail de fond est nécessaire.
Il faut – en effet – revoir la formation des enseignants qui doivent maîtriser pleinement la matière qu'ils enseignent – c'est le rôle de l'université –, mais aussi les méthodes de transmission du savoir. Je rappelle que Nicolas Sarkozy avait supprimé la formation pédagogique initiale des enseignants : ce fut une profonde erreur.
Il faut aussi mieux payer les enseignants et faire en sorte que leur place dans la cité, dans la nation soit davantage reconnue, mieux prise en compte. Ce ne sera pas forcément le plus simple, mais c'est nécessaire dans une société qui croit, ou plutôt qui doit croire, aux valeurs de la formation, de la connaissance, de la culture et de l'éducation.
JPS

Sous le titre « Réenchanter l'urbanité », le site Confinews a publié l'interview que Jean-Pierre Sueur lui a donné à la suite de la publication de son rapport « Oser le retour de l'aménagement du territoire : quelle occupation des sols dans les décennies à venir ? »

Jean-Pierre Sueur n'étant pas satisfait ni convaincu de la réponse apportée par le ministre à sa question sur la dispersion des cendres en pleine natureaprès une crémation, sur le sujet de la bonne application de la loi pour ce qui est de la définition du concept de « pleine nature », il a posé une nouvelle question écrite – qui est aussi une réponse à la « non-réponse » qui lui a été faite.
 

Deux articles (parmi d’autres) évoquent la fin de mandat de Jean-Pierre Sueur

Jean-Pierre Sueur a donné une interview à Philippe de la Grange et Paul Bureau, pour l’hebdomadaire Le Courrier du Loiret, parue dans l’édition du 6 septembre.
 
 
 
 
 
 
 

Le constat du rapport des États généraux de la Justice était accablant. Il révélait qu’entre toutes les Cours d’appel de France, celle d’Orléans était la moins dotée en magistrats et en greffiers. Cela m’avait conduit à intervenir à plusieurs reprises auprès du ministre de la Justice et à lui poser une question orale au Sénat pour demander un effort tout particulier en termes de création de postes pour la Cour d’appel d’Orléans.
Ces interventions et les demandes des magistrats et greffiers ont été entendues puisque l’annonce a été faite de la création d’ici 2027 de trente-deux postes de magistrats, de quarante-quatre postes de greffiers et de vingt-six postes d’attachés de Justice. Ces créations doivent être saluées car elles permettent de résorber une part non négligeable des retards accumulés. Il faudra, bien sûr, veiller à ce qu’elles soient effectives.
Mais le président du Tribunal judiciaire d’Orléans a fait valoir ce mardi que ces effectifs supplémentaires ne permettaient pas à faire face à l’accroissement d’activité qui sera entraîné par la prochaine création d’un centre de rétention administrative. Il est en effet normal que les personnes retenues puissent faire valoir leurs droits devant la Justice, ce qui appellera de sa part des décisions souvent rapides. La création de ce centre doit donc être assortie de l’affectation de postes de magistrats et de greffiers. À la suite de ces remarques, je viens d’écrire au ministre de la Justice pour que la demande du président du Tribunal judiciaire soit prise en compte. 
Jean-Pierre Sueur

Le ministre de l’Enseignement supérieur répond à Jean-Pierre Sueur au sujet des retards de versement du salaire des vacataires de l’enseignement supérieur.

C'est avec tristesse que j'ai appris le décès de Jacques Julliard. Ancien élève de l'École normale supérieure, Jacques Julliard s'est très tôt engagé dans le syndicalisme. Il fut secrétaire national du Syndicat général de l'Éducation nationale (SGEN), adhérent et toujours proche de la CFDT, mendésiste, grand ami de Michel Rocard et grande figure de ce qu'il fut convenu d'appeler la « deuxième gauche ». Il fut un historien remarquable, à qui l’on doit notamment une Histoire des gauches savante et lucide – et une quarantaine d’autres livres. Enfin, son talent d'éditorialiste – pendant longtemps au Nouvel Observateur – était notoire. Il défendait ses idées avec fougue, aimait la controverse, mais aussi le dialogue : il respectait ses adversaires. Ses éditos (désormais ils étaient dans Marianne) nous manqueront. Merci Jacques.

JPS

Photo Wikipedia : Jacques Julliard en 2012

Je dois à Rémi Carteret, correspondant de La République du Centre à Nargis, que je remercie, de m’avoir fait découvrir deux poèmes écrits par Paul Fort lors de l'une de ses venues à Nargis – poèmes dont il a révélé l'existence à ses lecteurs.
L'œuvre de Paul fort est immense et ses Ballades françaises comptent… quarante volumes. On sait qu'il fut surnommé « Le prince des poètes ». Et on garde en mémoire quatre de ses poèmes qui ont été mis en musique par Georges Brassens : Le petit cheval, La Marine, Si le bon Dieu l'avait voulu et Comme hier. Mais au-delà de ces titres connus, il est un grand nombre de poèmes – qu'il publia de 1896 à 1958 – qui sont très méconnus. Paul Fort y cultive le lyrisme et le symbolisme – la simplicité aussi. Il écrit davantage en versets qu'en vers. Il chante les villes et les paysages…
Et je ne résiste pas au plaisir d'offrir à mes fidèles lecteurs ces deux poèmes, écrits à Nargis.
Le premier s'intitule Premiers soirs à Nargis. Il y est question d'un hameau qui, le soir, est veillé par des lys. Signe de sa totale liberté, Paul Fort nous propose un audacieux enjambement entre la première et la seconde strophe : « À l'heure où glisse / l'hirondelle ». Il est aussi question des pleurs d'un « bien-aimé » et de l'angélus qui « trouble l'air d'un son faible et ruiné. »
Et puis il y a ce beau vers :
« Le village se tait. La nuit d'astres soupire. »
Mais je vous laisse lire ce très beau poème :
Premiers soirs à Nargis
« Il me sera si doux de dire : je l’ai vu, ce hameau qui le soir est veillé par des lys ! J’y ai tant pleuré ces soirs où j’ai vécu dans la sérénité trop grande à l’heure où glisse
l’hirondelle. Et vous-même, il vous sera doux de dire : je l’ai vu pleurer, mon bien-aimé, me sourire et pleurer vers l’ombre où tout à coup l’angélus trouble l’air d’un son faible et ruiné.
"Quelle heure ?" — "Nulle, une heure éternelle." — "Quelle heure ?..." Hélas ! je répondrais : "Le charron donne encore un coup triste à ses roues" — "Oh ! je sens que tu pleures."
"Le village se tait. La nuit d’astres soupire", murmurais-je voulant me taire et tout vous dire ; enfin pleurant l’instant d’un autre instant suivi : "Respire longuement le souffle de la vie." »
 
Le second s'intitule Le plateau des trois clochers. Il a été écrit depuis un site (est-ce, nous a-t-on dit, « le bois de Pithurin » ?) où l'on découvre à la fois les clochers de Nargis, de Ferrières et de Château-Landon.
Il y est question du Fusin qui reflète « les beaux jours » et qui, « toujours, entoure de ténébreux quadrilles des corneilles actives. » Paul Fort nous parle de « son petit Nargis, tout jardiné de roses et de lys. »
Mais cette fois encore aussi, je préfère laisser la place au texte … et à Paul Fort :
Le plateau des trois clochers
« Des bois noirs de Toury, chère, quand nous sortîmes, ce dimanche matin, sous l'averse argentine des angélus, vingt champs d'épis pleins de frissons couvraient tout le plateau jusqu'au large horizon.
Au sud, au nord, à l'est du plateau des moissons, et suspendant sur elles un triangle d'azur, s'effilaient doucement trois clochers dans l'air pur, de bourgs où nous vécûmes, et vivons, et vivrons ...
Les cloches des trois tours dont l'une est un beffroi, tout en sonnant matines, nous chantaient à la fois, la cloche de Château-Landon, nos souvenirs, de Nargis, l'heure même, de Ferrières, l'avenir.
À ton ombre, clocher, qu'il nous fut doux de vivre, clocher roux de Landon que dorent les beaux jours, que le Fusin reflète et qui toujours s'entoure du ténébreux quadrille des corneilles actives !
Lors nous vivions chez nous, faut-il nous le redire, toujours chez nous, dans cette auberge "à la Croix d'Or", toujours croisée ouverte et l'église en décor de nos amours: Clocher, n'es-tu qu'un souvenir ?
Nargis, vous, mon petit Nargis tout jardiné de roses et de lys et qui, des graminées les plus vives au vent, caressez vos toits roses, je voudrais sur votre clocher dire une chose.
Souffrez-le : nous vivons en bonne compagnie depuis sept jours bientôt. - Comme passe la vie ! Il a l'air, mon petit Nargis, votre clocher (je vous aime ! voyons ! n'allez pas vous fâcher)
d'un casque à pointe. Absolument. Clocher français, n'avez-vous pas de honte ? Oh ! vous pleurez ? Je vais vous consoler un brin ... Vous semblez, ce matin, la sonnette agitée d'un géant sacristain.
Mais le son que vous répandez est un délice tel, que tendent l'oreille hommes, roses et lys, tel aussi, que pour mieux l'entr'ouïr, ce dimanche, des anges de blé glissent en robe blanche.
Ainsi parlais-je, ayant ma mie auprès de moi, qui me dit: "Et cet autre?" en me montrant du doigt le clocher de Ferrières, élancé bel et rond. - "Ferrières, c'est l'avenir, hé ! ma mie, nous irons.
Nous irons, nous verrons sa menue Vierge noire, dont la tête, au milieu doré d'un reposoir, n'est pas plus grosse qu'un pruneau ; mais si jolie, qu'elle est miraculeuse en temps d'épidémie.
Nous irons, nous verrons à l'ombre de l'église, l'arène où combattaient rétiaire et mirmillon, voire où Pépin le Bref abattit son lion. Mais de cet avenir faisons bien l'expertise.
Nous irons voir le dais que l'on porte en clochant, courant, sautant, le jour de la Saint Greluchon, et qui supporte alors la Vierge aux yeux dardés que Gaspard le Roi nègre a dû trop regarder,
et sous lequel il faut embrasser sa promise, pour avoir des enfants plus tard: vite on la bise ! - tout comme ici je fais, sous le dais bleu des cieux, vite votre joue, moins vite sur vos yeux."
Ah ! sonnez les trois cloches, sonnez avec émoi notre éternel bonheur! Chantez nous à la fois, la cloche de Château-Landon, nos souvenirs, de Nargis, l'heure même, de Ferrières l'avenir ! »
 
Peut-être est-il d'autres poèmes sur Nargis et le Gâtinais que nous retrouverons un jour.
En tout cas, ces poèmes justifiaient qu'une rubrique Paul Fort et Nargis soit ajoutée à l'excellent livre de Christian Jamet : Le Loiret des écrivains et des artistes (Corsaire éditions).
Jean-Pierre Sueur

Cette fois encore, le Théâtre de l'Escabeau situé à « Rivotte », à l'entrée de Briare, nous surprend et nous séduit par un spectacle d'été rassemblant ses trois compagnies (professionnels, amateurs, jeune compagnie), un spectacle jeune, innovant, surprenant, Ruy Blas de Victor Hugo, dans une mise en scène de Louise Pauliac.
Victor Hugo avait, parmi d'autres qualités, le sens du théâtre. On l'a parfois oublié. Mais comme toutes ses pièces, ce « drame romantique » nous tient en haleine jusqu'à l'ultime réplique. L'histoire est connue : Ruy Blas est un laquais qui est amoureux de la reine. Comme l'écrit Victor Hugo, c'est « un ver de terre amoureux d'une étoile. » Ruy Blas en profite aussi pour pourfendre les courtisans corrompus, ne pensant qu'à s'enrichir alors que l'État va mal. Cela vaut pour tous les temps. Et je veux saluer la prestation du titulaire du rôle, Gabriel Garnier, dans la fameuse tirade qui commence par ces mots : « Bon appétit Messieurs ! Ô ministres intègres ! Conseillers vertueux ! voilà votre façon de servir, serviteurs qui pillez la maison. »
Ce qui est sûr, c'est que les comédiens de l'Escabeau aiment, adorent le théâtre. Cette passion, cette constante créativité qui est leur image de marque, justifieraient qu'ils soient davantage soutenus, par l'État notamment. Je l'ai souvent dit et écrit. Au sortir de ce Ruy Blas, je persiste et je signe.
Jean-Pierre Sueur

Jean-Pierre Sueur sera l’invité de la matinale de Public Sénat
ce 12 septembre  à 7 h 30.

>> Voir en direct

La longue réunion tenue à Saint-Denis par Emmanuel Macron avec les présidents ou chefs de file des partis représentés au Parlement a fait resurgir, dans les médias du moins, l'idée selon laquelle des référendums permettraient de pallier l'absence de majorité à l'Assemblée nationale.
Un ministre, Olivier Véran, a même prôné le « préférendum », formule qui permettrait, si j'ai bien compris, de consulter les Français sur plusieurs sujets à la fois lors d'un seul scrutin.
Le référendum est une procédure qui existe, qui est prévue par la Constitution. Il est donc possible et légitime d'y recourir.
Mais il présente certains inconvénients. On a souvent vu qu'il pouvait prendre un caractère plébiscitaire, les électeurs votant alors pour ou contre le président de la République qui a posé la question, et non sur la question posée.
D'autre part, pour l'appliquer à certains sujets constamment évoqués – je pense à l'immigration –, il faudrait d'abord réformer l'article 11 de la Constitution, comme d'ailleurs pour mettre en œuvre le « préférendum » cher à Olivier Véran. Il y aurait donc une procédure préalable assez lourde à accomplir.
Mais je tiens surtout à faire observer que si le référendum s'applique bien à certains sujets, il me paraît totalement inapproprié lorsqu'il s'agit de statuer sur des projets de loi.
En effet, le référendum, par essence, est binaire. On ne peut répondre que par oui ou par non.
Or, les projets de loi dont on parle – outre l'immigration, l'environnement ou l'éducation – sont complexes. Et entre le projet de loi et la loi, il y a les débats parlementaires qui se traduisent, au moyen de nombreux amendements, par l'examen, la discussion et la rédaction de chaque alinéa, chaque ligne, de chaque phrase du texte. Cela ne peut renvoyer à des logiques globalement binaires et justifie l'élaboration de la loi, ligne à ligne et presque mot à mot, par le Parlement.
S'agissant de l'immigration, je regrette les excès de démagogie auxquels on assiste tous les jours. J'ai eu l'occasion de dire au Sénat, en séance publique, que c'est un sujet qu'il ne fallait pas « exploiter », mais « traiter ».
À cet égard, je me permets de conseiller l'excellent livre d'un chercheur qui a étudié de près la question, François Héran, qui s'intitule Immigration : le grand déni (Éditions du seuil). On y lit par exemple : « Oui la population immigrée a progressé en France depuis 2000, mais moins que dans le reste de l'Europe. Non, notre pays n'a pas pris sa part dans l'accueil des réfugiés. La hausse vient d'abord de la migration estudiantine et économique, tandis que la migration familiale a reculé. »
Cette citation n'est qu'un exemple d'une analyse des faits – statistiques à l'appui – qui viennent démentir les idées toutes faites et les démagogies.
Oui, « traiter » le problème et non « l'exploiter », ce serait une attitude juste, rationnelle et véritablement républicaine.
Jean-Pierre Sueur

On a parfois le sentiment qu’Emmanuel Macron est le « ministre de tout », tant il intervient quotidiennement dans tous les domaines…
C'est particulièrement le cas en matière d'éducation où le pauvre Gabriel Attal se trouve réduit au rôle de figurant, voire d'apporteur de réponses, un peu comme un élève qui serait interrogé par son maître.
Ce système où les interventions à l'emporte-pièce du chef de l'État prolifèrent peut avoir toutes sortes d'effets. On ne sait d'ailleurs pas, au juste, s'il s'agit d'effets d'annonce, de réflexions générales ou d'improvisations qui seront sans lendemain…
Ainsi, il était évident souhaitable de revoir le « bac Blanquer » et de remettre en juin les épreuves de spécialité.
Mais il m'est apparu dommageable de proposer – comme  l'a fait le président – que les élèves en difficulté rentrent en classe le 20 août. Cette improvisation montre que le président ignore que des dispositifs comme les « vacances apprenantes » existent déjà.
Mais surtout, infliger cette rentrée prématurée à des élèves en difficulté, qui vivent souvent mal ces difficultés, et vivront cela comme une punition, est une brimade par rapport à leurs camarades. C'est bien sûr les stigmatiser. Et on peut douter du résultat de cette improvisation si, un jour, elle était mise en œuvre.
Le vrai sujet, on le sait, est celui du temps scolaire. Les journées de classe sont trop lourdes. Il y a moins de jours de classe dans une année en France que dans l'ensemble des pays d'Europe. Il faut donc assurément revoir dans son ensemble le temps scolaire, pour tous les élèves, afin de mieux répartir ce temps dans la journée, la semaine, les mois et au cours de l'année. Il serait très utile de prévoir un accueil dans les établissements de tous les élèves le soir pour le temps des devoirs, etc. Les élèves en difficulté bénéficieraient bien sûr de telles dispositions.
Cela suppose non pas des décisions à l'emporte-pièce, mais une vraie concertation avec tous les professionnels et acteurs concernés.
JPS

La fête de la Saint-Fiacre à Orléans, le comice agricole de Chatillon-Coligny, la foire aux bestiaux de Sully-sur-Loire furent trois manifestations pleinement réussies qui, en quatre jours, mirent en valeur la vitalité de l'agriculture du Loiret, dans toutes ses composantes.
Cela m'a donné l'occasion de revenir lors de mon intervention à Chatillon-Coligny sur plusieurs questions et plusieurs défis essentiels.
  • D'abord l'eau. Il ne peut pas y avoir d'agriculture sans eau ni sans irrigation. J'ai rappelé que les Égyptiens, les Mésopotamiens et les Romains avaient déjà inventé nombre de dispositifs (aqueducs, retenues, citernes) pour conserver l'eau quand elle était abondante afin qu'on puisse s'en servir dans les temps de pénurie. C'est un défi auquel nous devons encore faire face aujourd'hui. Les modalités concrètes doivent être discutées, donner lieu à de vrais dialogues. Mais on ne peut pas ne pas traiter la question de l'accès à l'eau en toute saison.
  • Les règles relatives aux intrants et aux produits phytosanitaires doivent être les mêmes dans tous les pays d'Europe. Il n'est pas acceptable de trouver dans nos supermarchés des fruits et légumes venant de pays d'Europe où ils ont été traités par des produits interdits en France. Plus que jamais, l'Europe doit être, à cet égard, une puissance publique qui fait respecter les règles qu'elle édicte.
  • Il faut cesser d'importer aussi massivement depuis l'Amérique du Sud les aliments du bétail et pour cela il faut les produire en France et aider fortement ceux qui s'y emploient plutôt que de les critiquer ou de leur mettre des bâtons dans les roues…

Jean-Pierre Sueur est intervenu auprès du ministre des Transports, Clément Beaune, sur les dysfonctionnements constatés sur deux lignes concernant la desserte du Loiret : la ligne POLT (Paris-Orléans-Limoges-Toulouse) et la ligne Paris-Clermont-Ferrand. Il avait insisté auprès de lui sur la nécessité de moderniser ces deux lignes de manière à ce que les temps de transport soient respectés, et qu'ils soient réduits.
Clément Beaune lui a répondu.

Hadrien Courtemanche a publié dans le numéro 178 de la revue L’Amitié Charles Péguy un compte-rendu très chaleureux du texte La Loire de Charles Péguy publié aux éditions La Guêpine préfacé par Jean-Pierre Sueur.

>> Lire l’article d’Hadrien Courtemanche

 

 

Secrétaire perpétuel de l’Académie française, Hélène Carrère d’Encausse a fait le 2 mars 2001 à Orléans l’éloge de Maurice Genevoix qui fut avant elle secrétaire perpétuel de l’Académie française, lors de l’inauguration du centre de conférences et de son auditorium.

« Jamais la surpopulation carcérale n'a atteint le niveau d'aujourd'hui » : c'est sous ce titre que Le Monde a publié dans son édition du 24 juillet une tribune cosignée par Jean-Pierre Sueur et Jean-René Lecerf, rapporteur au Sénat de la loi pénitentiaire de 2010. Les auteurs de cette tribune alertent sur une surpopulation carcérale sans précédent, entraînant des conditions de détention indignes. Et ils appellent à une nécessaire régulation, demandée par les États généraux de la Justice, et par rapport à laquelle Éric Dupond-Moretti continue de faire la sourde oreille.

Je salue la décision d’Élisabeth Borne, qui a décidé que le second rassemblement de l’association "Vie et Lumière" n’aurait pas lieu en septembre à Nevoy, respectant ainsi l’engagement pris il y a dix ans par l’État, et répondant au désarroi des élus locaux, dont Jean-Francois Darmois, maire de Nevoy, et Francis Cammal, maire de Gien, fortement soutenus par les sénateurs du Loiret et par Gérard Larcher, président du Sénat. Ainsi l’accueil du seul rassemblement de la Pentecôte pourra se faire dans des conditions sereines, à la suite de la prise en compte difficultés rencontrées en 2023.
JPS

C'est parce que l'information n'est pas une marchandise, parce qu'un journal est une œuvre intellectuelle, une œuvre de l'esprit qui ne saurait être vendue et revendue sans scrupules et sans considération pour celles et ceux qui l'écrivent, que j'apporte mon entier soutien aux journalistes et salariés du Journal du dimanche qui poursuivent leur grève courageusement.
Mon soutien se manifeste aussi par ma cosignature à la proposition de loi visant à soumettre à la validation de l'équipe rédactionnelle la nomination du directeur de la rédaction déposée par des membres du groupe socialiste du Sénat. Des propositions de loi allant dans le même sens ayant été déposées par d'autres groupes à l'Assemblée nationale et au Sénat, je souhaite qu'elles soient toutes inscrites à l'ordre du jour le plus vite possible.
JPS

Emmanuel Macron a pris une juste décision en annonçant que le résistant d'origine arménienne, Missak Manouchian, entrerait au Panthéon le 21 février 2024. Nous sommes nombreux à nous en réjouir.
Mais comment accepter qu'en même temps la République du Haut-Karabakh, où vivent de nombreux Arméniens, subisse de la part de l'Azerbaïdjan une tentative d'enfermement, d'étranglement et d'épuration ethnique ?
C'est pourquoi j'ai cosigné de tout cœur la tribune publiée à ce sujet dans Le Monde du 27 juillet par mes amis Gilbert-Luc Devinaz et Pierre Ouzoulias.
JPS

Jean-Pierre Sueur est intervenu le 18 juillet au Sénat pour rappeler plusieurs principes, pour lui essentiels, pour une bonne législation : 
 
  • Le bicamérisme : le fait que chaque texte doive être successivement examiné par chacune des deux assemblées est un bien précieux. Sans bicamérisme, pas de « navette ». Le régime de « l’assemblée unique » est appauvrissant. C’est pourquoi le bicamérisme est effectif dans la plupart des grandes démocraties.
  • La généralisation de la procédure d’urgence est délétère : la Constitution prévoit deux lectures de chaque assemblée avant réunion d’une Commission mixte paritaire et le vote du texte. Ces deux lectures sont indispensables pour peaufiner le texte de loi, pour que celle-ci réponde aux problèmes, soit juste et durable. La Constitution prévoit une procédure accélérée pour les cas d’urgence dans laquelle il n’y a qu’une lecture dans chaque assemblée avant la Commission mixte paritaire. La généralisation de la procédure accélérée à tous les textes est délétère. Elle porte atteinte à la qualité de la loi.
  • Le recours excessif à l’article 45 de la Constitution pour déclarer des amendements irrecevables porte atteinte au droit d’amendement. La Constitution stipule que, en effet, que tout amendement est recevable en première lecture, dès lors qu’il présente un rapport, même indirect, avec le texte.
  • Enfin, s’agissant des ordonnances : procédure par laquelle le Parlement se dessaisit de ses prérogatives au bénéfice du gouvernement, la Constitution prévoyant depuis 2008 que leur ratification par le Parlement  doit être expresse. Il est indispensable que cette disposition constitutionnelle soit mise en oeuvre.
Jean-Pierre Sueur a enfin profité de cette intervention pour rendre hommage à la grande compétence et au dévouement des administrateurs, administrateurs adjoints, personnels des trois comptes-rendus et à tous les personnels du Sénat.
 
 
 

 

Jean-Pierre Sueur a interpellé le ministre chargé des transports sur le statut des dépouilles mortelles transportées par voie aérienne. En effet, lorsque celles-ci sont transportées par avion, elles sont actuellement l’objet d’une pesée avant leur embarquement. Il considère que cette assimilation de transport de défunts au transport de marchandises est choquante. Il rappelle en outre que la loi dispose que les restes humains doivent donner lieu à « respect, dignité, décence. » Il lui a demandé quelle disposition il compte prendre pour mettre fin à cette pratique choquante et irrespectueuse.
 

Jean-Pierre Sueur a interpellé le ministre de l’Éducation nationale sur cette question. Ce dernier a répondu. C’est l’une des dernières réponses qu’aura faite Pap Ndiaye, en tant que ministre de l’Éducation nationale.
 

 

  • un rapport intitulé : « Osons le retour de laménagement du territoire : les enjeux de loccupation des sols dans les prochaines décennies » ;
  • un rapport rédigé conjointement avec Philippe BAS et François-Noël BUFFET sur la Nouvelle-Calédonie intitulé : « Nouvelle-Calédonie : renouer avec la promesse dun destin commun au service de lensemble des Calédoniens» .
 
« Osons le retour de laménagement du territoire : les enjeux de loccupation du sol dans les prochaines décennies »
 
 
 
Dans la presse :
 
« Nouvelle-Calédonie : renouer avec la promesse dun destin commun au service de lensemble des Calédoniens »
 
Dans la presse :

Le rapport des États généraux de la Justice compte un tableau qui présente les effectifs de magistrats et de greffiers ainsi que les moyens affectés à chaque cour dappel et aux tribunaux de son ressort.
Le tableau fait apparaître que la Cour dappel dOrléans est, à cet égard, la moins bien dotée de toutes les Cours dappel de France.
Cest ce qui ma conduit à interpeller le gouvernement pour demander davantage d'effectifs et de moyens pour cette Cour dappel, lors de la séance de questions orales du 4 juillet dernier.
Mmela Ministre Isabelle Rome ma répondu au nom du gouvernement. Elle a évoqué la réduction des postes vacants et a aussi annoncé des créations de postes en restant toutefois très générale à ce sujet.
Dans le texte quelle a lu, il est question, à trois reprises, de labstention de mon groupe ( et de moi-même) sur ce texte (deux autres groupes se sont abstenus). Quil me soit permis de préciser par rapport à ces propos quelque peu polémiques, que nous avons constamment approuvé tout au long des débats les créations de postes et laugmentation des moyens. Notre abstention ne portait pas sur ces points, mais sur les point suivants :
 
- Le refus absolu d’évoquer dans ce texte de loi de programmation le sujet essentiel de la surpopulation carcérale et donc de la nécessaire régulation carcérale.
 
- Le refus de prendre en compte le traitement des violences intrafamiliales.
 
- La possibilité dactiver à distance des appareils connectés, y compris pour les journalistes - ce qui pose un vrai problème eu égard à la liberté dinformer.
 
- Des formulations pouvant porter atteinte au principe dindépendance et dimpartialité des magistrats.
 
Afin que chacun puisse juger de ce que je viens dexposer, je publie ci-dessous lexplication de vote faite au nom du groupe socialiste du Sénat par ma collègue Marie-Pierre de la Gontrie lors de la séance du 13 juin dernier.
 
                                                                                                                            Jean-Pierre Sueur
 

Nous reproduisons ci-dessous le texte intégral de larticle que Jean-Pierre Sueur a publié dans cette revue, qui vient de paraître.

 

 

 

 

 

>> Cliquer sur l'image pour lire

Je me réjouis vraiment que l'amendement présenté par Guillaume Gouffier Valente à lAssemblée nationale ait repris - sous une forme améliorée - lamendement mettant fin à la « double incrimination » que javais présenté et fait voter au Sénat. Il était en effet absurde dexiger que notre droit fût identique à ceux de pays nayant pas du tout les mêmes valeurs pour interpeller et juger des ressortissants de ces pays.
En revanche, je suis désolé que - tant à lAssemblée quau Sénat - le dernier verrou, celui de la « résidence habituelle » ait subsisté et même soit renforcé par une rédaction  complexe ! Il fallait simplement écrire, comme la dit ma collègue et amie Cécile Untermaierà l’Assemblée il suffisait que la personne mise en cause « se trouve en France ».Comme la dit, il y a longtemps déjà, Robert Badinter, il est évident que les auteurs des crimes relevant de la Cour pénale internationale ne résident pas régulièrement et tranquillement en France !
Avec toutes les associations qui œuvrent pour cette juste cause, le combat devra donc continuer pour obtenir enfin la levée de cet ultime verrou.
                                                                                                                          Jean-Pierre Sueur

« Osons le retour de laménagement du territoire : les enjeux de loccupation du sol lors des prochaines décennies ».
 
Sous ce titre, Jean Pierre Sueur présente le mardi 11 juillet prochain au Sénat un rapport au nom de la délégation à la prospective. Ce rapport évoque de nombreux domaines et champs d'action pour préparer une occupation des sols en France durant les prochaines décennies plus harmonieuse et plus conforme aux impératifs, de lenvironnement et de l’écologie.
                                                                                                            

Lors de la séance publique du 4 juillet, Jean-Pierre Sueur a interpellé le garde des Sceaux, ministre de la Justice, sur les disparités existant au sein du territoire national pour ce qui est du nombre de magistrats et autres personnels affectés aux différentes juridictions eu égard aux populations de leur ressort. C’est ainsi que le rapport des états généraux de la Justice montre que les juridictions relevant de la Cour d’appel d’Orléans sont les moins bien dotées de France en personnels, eu égard à sa population et à leur activité.
Il lui a demandé en conséquence quelles dispositions concrètes il comptait prendre, et dans quels délais, afin de réduire ces inégalités qui portent préjudice aux juridictions de la Cour d’appel d’Orléans et, en conséquence, y affecter les postes de magistrats et de greffiers absolument nécessaires.
Isabelle Rome, ministre chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes lui a notamment répondu, au nom d'Éric Dupond-Moretti, que la répartition des emplois inscrits dans la loi de programmation entre les différentes cours d’appel « est un sujet de premier plan. Cette répartition prendra en compte une pluralité de facteurs comme, bien sûr, l’évolution démographique, mais aussi l’activité des juridictions sur le temps long. (…) Nous avons déjà commencé à résorber la vacance. Ainsi, pour l’ensemble du ressort de la Cour d’appel d’Orléans, nous n’aurons plus que 5 postes vacants au 1er septembre 2023, contre 8 au 1er septembre 2022, pour un effectif total de 159 magistrats. (…) Nous avançons dans le bon sens : réduction des postes vacants puis, dans un second temps, augmentation des effectifs. D’ici 2027, l’ensemble des juridictions françaises auront été renforcées de manière considérable. »
Dans sa réplique, Jean-Pierre Sueur a noté les annonces sur la diminution de la vacance mais a, à nouveau, demandé fermement un rééquilibrage dans l’affectation des postes de magistrats et de greffiers en faveur de la Cour d’appel d’Orléans.
 

La mort de Nahel est un drame, une tragédie. Je comprends les vives réactions qu'elle  suscite. La justice a été justement saisie. Dans l'État de droit qui est le nôtre, et doit l'être pour tous, c'est à elle et à nulle autre instance d'accomplir son office. C'est dire que je condamne pour ma part, en cette circonstance comme en d'autres, des récupérations politiques délétères.Pour vives et compréhensibles qu'elles soient, les réactions à la mort de Nahel ne justifient pas la violence, la guerre civile, les saccages et les pillages. C'est absurde que des jeunes s'emploient à détruire des mairies, des centres sociaux, des écoles, des bibliothèques, des commerces, des services publics dont ils ont et auront tellement besoin, ainsi que les habitants de nos quartiers.Il y a là un nihilisme – qui ne mène à rien ou qui mènerait, si ces faits continuaient, au pire.Il y a bien des sujets liés à cette crise dont nous devrons reparler, et par rapport auxquels il faut et il faudra agir, qui concernent aussi bien les politiques urbaines que les trafics de drogue, que l'autorité parentale, que le rapport de la population et des jeunes à la police,  la justice, l'éducation, etc.Oui, il faudra tirer les conséquences de ces jours et de ces nuits sombres.Mais il faut d'abord dire ensemble stop à la violence. Il faut que la violence cesse.
Jean-Pierre Sueur
 
 
Je pense au maire de l’Haÿ-les-Roses et à sa famille. S’en prendre ainsi avec une extrême violence à la famille et au domicile d’un élu est un acte ignominieux, injustifiable, inexcusable. Puisse-t-il être sanctionné comme il le mérite ! Puissions-nous dire partout : « Stop à cette violence qui ne règle rien pour personne et qui n’apporte que du malheur. »
 
JPS

Il faut rendre hommage à Gilbert Trompas, directeur de Corsaire éditions, qui vient de rééditer un texte inachevé, très éclairant, de Charles Péguy sur son enfance, titré Pierre. Commencement d'une vie bourgeoise, qui était devenu totalement introuvable (sauf au sein de l'édition des œuvres complètes dans La Pléiade due à Robert Burac – coûteuse) et que chacun pourra donc facilement se procurer.
Il faut, bien sûr, rendre également hommage à Éric Thiers, président de l'Amitié Charles Péguy, qui tenait beaucoup à cette réédition, et a écrit pour celle-ci une présentation de cinquante pages, riche et pénétrante.
Comme l'écrit d'emblée Éric Thiers, Péguy est « un écrivain hors norme, socialiste, anarchiste, dreyfusard, républicain, chrétien, patriote. »
Il nous explique aussi que le titre de ce livre ne manque pas d'ironie. Brillant élève, lycéen, étudiant en classe préparatoire et puis élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm, Péguy disposait de tous les atouts pour mener une « vie bourgeoise ». On peut même penser que c'était en filigrane dès son enfance. Il aurait pu être une gloire universitaire. Mais il ne le voulut pas. Comme l’écrit encore Éric Thiers : « Il est le normalien qui refuse l'université, le socialiste qui rejette le parti, le chrétien qui fustige les curés. »
Mais nous sommes encore loin de tout cela dans ces temps de l'enfance que nous conte Péguy – encore que des signes apparaissent déjà ici et là.
Nous sommes dans le faubourg de Bourgogne où la grand-mère de Péguy s'est installée après avoir voyagé en bateau depuis le Bourbonnais, depuis Moulins plus précisément, où elle tenait une fabrique d'allumettes qui ne résista pas à la nationalisation de cette production. Elle vécut pauvrement de ménages et de lessives jusqu'au moment où sa fille, Cécile, la mère de Péguy, s'attacha à exercer un vrai métier dans lequel elle devint experte : le rempaillage de chaises. Et Péguy deviendra pour toujours le fils de la « rempailleuse de chaises », attaché comme sa mère au travail bien fait où il voyait les vertus de ceux qui construisirent nos cathédrales. Sa mère achète la paille à Saint-Jean-de-Braye et à Combleux et chez les vignerons de la barrière Saint-Marc.
Son père est issu d'une lignée de vignerons des bords de Loire. Il est revenu malade du siège de Paris où il était parti avec les « mobiles du Loiret ». Il est mort dix mois après la naissance de son fils. La famille gardait « un petit morceau de pain dur » du siège et sa dernière lettre comme des reliques.
Dans cette œuvre de jeunesse, Péguy exalte ses souvenirs de « l'école annexe de l'École normale », où il entre à sept ans, sa mère lui ayant déjà appris à lire et à compter – mais pas à écrire – et suit avec passion l'enseignement des « élèves-maîtres ». Et déjà le thème des « hussards noirs de la République » qui sera magnifié dans L’Argent apparaît ici comme une valeur cardinale.
Et  puis il y a les maisons que Péguy habita successivement, celle où il naquit et qu'une municipalité d’Orléans eut la mauvaise idée de démolir en 1922 pour y substituer l'entrée de la « rue Charles-Péguy », et la suivante, plus spacieuse, l'une et l'autre fidèlement décrites.
Et il y a le faubourg, avec ses habitants, ses artisans, ses ouvriers, le faubourg Bourgogne, si près de la Loire, qui est au cœur de l'ouvrage.
Il y a aussi les obsessions de Péguy : sur sa taille en particulier qu'il fait mesurer souvent sur le chambranle de la porte où des encoches marquent les évolutions. De cela et de tant d'autres notations de ce livre, on pourrait, bien sûr, faire l'analyse – et la psychanalyse ! Éric Thiers écrit d'ailleurs que Pierre « est un texte séminal. Posé comme un jalon à l'orée d'une vie d'homme, il offre la plupart des clés pour entrer dans le monde de Charles Péguy. » Il ajoute : « Mais ce récit est aussi un acte de rupture. Avec cette "vie bourgeoise" […]Sa vie sera celle d'un insurgé, contre l'injustice, contre la misère, contre le mal. »
Le texte – inachevé – se termine sur la forte description du cantonnier qui arpente le faubourg : « Le vieux cantonnier sec et voûté, vêtu de sa blouse bleue, raclait régulièrement la route, infatigable. »
C'est un livre écrit dans un style très simple, bien différent de ce que sera l'écriture de Péguy dans ses œuvres ultérieures. Il se lit facilement. Et c'est un bonheur que de le lire.
Jean-Pierre Sueur

J'ai déjà longuement exposé l'acquis obtenu au Sénat au sujet de la « double incrimination ». Reste à supprimer le verrou que constitue toujours « la résidence habituelle » en France.
Le débat sur le projet de loi Justice qui commence cette semaine à l'Assemblée nationale pourrait en être l'occasion.
Je signale tout particulièrement à ce sujet l'article ci-dessous émanant de la Fédération internationale pour les droits humains.
JPS
 

J'apporte, bien sûr, mon total soutien aux journalistes du JDD qui s'opposent à ce que leur soit imposé un directeur de la rédaction d'extrême droite, issu de Valeurs actuelles, revue d'extrême droite.
Un journal n'est pas une marchandise comme les autres. L'actionnaire majoritaire ne devrait pas pouvoir imposer à une rédaction un directeur qu'elle récuse.
L'assentiment de la rédaction existe dans certains journaux : Le Monde, La Croix, Libération, L'Express.
Il devrait pouvoir être généralisé. Et même si jusqu'ici aucune loi allant dans ce sens n'a pu être votée, ce n'est pas une raison pour ne rien faire. Tout au contraire.
Il y va de l'indépendance de la presse. Une indépendance si précieuse et que l'actionnariat d'un certain nombre de publications qui n’a  rien à voir avec la presse peut mettre en péril. En attendant, soutenons les journalistes du JDD.

JPS

 

Jean-Pierre Sueur posera ce mardi 4 juillet une question orale (en direct sur le site du Sénat en 9 h 30 et 13h) sur les personnels et les moyens affectés dans les tribunaux relevant de la Cour d'appel d'Orléans. Le rapport des États généraux de la Justice montre en effet que cette cour d'appel est la moins bien dotée à cet égard dans la liste des cours d'appel françaises.
Nous en rendrons compte dans la prochaine lettre.

Par une question d’actualité au gouvernement, Jean-Pierre Sueur interpelle le gouvernement sur le naufrage d'un bateau au large de la Grèce et demande que la France s'engage au sein de l'Europe pour que cessent ces situations de « non-assistance à personnes en danger »
 
En réplique à la réponse de Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d'État chargée du développement, de la francophonie et des partenariats internationaux, Jean-Pierre Sueur exhorte l'ensemble des politiques à cesser d'exploiter à des fins politiciennes les étrangers. Il y a des problèmes qu'il faut traiter et non exploiter. Arrêtons de dire que les étrangers sont un danger pour la France. Ce sont des milliers d'étrangers qui sont en danger dans la Méditerranée. Laisser cela continuer est une honte pour la civilisation européenne.
 
Dans la presse

Lors de l'audition par la commission des lois du Sénat de Dominique Simonnot, contôleure générale des lieux de privation de liberté, Jean-Pierre Sueur est à nouveau intervenu sur la surpopulation carcérale et la nécessaire régulation des personnes accueillies dans chaque établissement pénitentiaire.
 
 

 

Lors du débat en séance publique sur le projet de loi relatif à « l’industrie verte », Jean-Pierre Sueur est notamment intervenu sur la logistique.
 

On le sait, cela fait des mois qu'avec mes collègues sénateurs et maires de Nevoy et de Gien, nous demandons le respect de l'engagement pris par l'État il y a dix ans en vertu duquel, si le premier rassemblement de « Vie et lumière » avait bien lieu à la Pentecôte à Nevoy avec le concours des services publics et des élus (ce qui s'est révélé être cette année une très lourde charge), l'État mettrait à disposition un terrain (en fait, un terrain militaire désaffecté) pour le second rassemblement qui a lieu en août ou septembre.
Par une lettre que nous venons de recevoir et que nous publions, la Première ministre demande à ses ministres compétents de lui présenter une solution concrète d'ici la fin juin.
Après toutes les péripéties que nous avons connues, j'espère que cet engagement sera respecté. Nous devrions le savoir très prochainement.
JPS

Donc, 78 morts ont été recensés à la suite du naufrage d'un bateau surchargé au large de la Grèce. Sans compter, nous dit-on, « des centaines de disparus ». Autant dire des centaines de morts. Ce que l'on sait, écrit Najat Vallaud-Belkacem, présidente de « France terre d'asile », c’est qu'« un avion de Frontex avait survolé le navire surchargé et à la dérive à la veille du naufrage, que les autorités de plusieurs États membres de l'Union européenne étaient informées de la situation, plusieurs heures avant qu'il chavire. » Et elle ajoute : « Le crime de non-assistance à personne en danger me paraît constitué. »
Que nous laissions ainsi au fil des années la mer Méditerranée qui nous est chère, que l'on a si souvent qualifié de « berceau » de nos civilisations, devenir un cimetière à ciel ouvert, que l'on y dénombre des dizaines de milliers de morts, voilà qui devrait secouer les consciences, et rappeler à ceux des politiques qui passent leur temps à exploiter la situation des immigrés à des fins politiciennes, que la priorité d'une France, d'une Europe humanistes ce serait d'abord, c'est d'abord, de mettre fin à cette hécatombe. Je sais les mesures qui ont été prises pour accroître les moyens de Frontex, lutter contre les passeurs, surveiller plus efficacement les départs de ces bateaux de la mort, dans la Méditerranée – comme dans la Manche et la mer du Nord. Mais comment ne pas penser qu'on peut faire mieux, être enfin totalement – ou presque – efficace. Forte de ses 500 millions d'habitants, l'Europe en a les moyens et la France peut et doit, en son sein, peser de tout son poids en ce sens.
Au regard de ces drames, de ces tragédies, oui, les manœuvres politiciennes visant à faire des étrangers le mal ou les maux de notre société apparaissent dangereuses et dérisoires.
La France a toujours accueilli des étrangers. Beaucoup d'étrangers sont morts pour la France. Ceux qui sont torturés, maltraités, violentés pour leurs idées et leurs convictions ont droit à l'asile, en vertu des engagements signés par la France et qui s'imposent à très juste titre. Enfin, nous ne pouvons nier que beaucoup viennent chez nous pour des raisons économiques et nous devons nous attendre à ce que d'autres viennent à l'avenir pour des raisons écologiques. J'ajoute que nous devons nous réjouir d'accueillir des étudiants du monde entier et qu'il est contre-productif de faire de leur inscription dans une université, et d'abord de l'obtention d'un visa, un vrai parcours du combattant. Ces étudiants seront les meilleurs défenseurs de la France et de notre rayonnement économique et culturel.
Je sais que le discours que je viens de tenir n'est pas dominant. Il est pourtant vrai. Ce qu'on entend chaque jour, c'est que les immigrés seraient un « danger » – ce qui crée à leur égard une constante tension sociale et accroît les réflexes de refus.
Qu'il faille des lois et des règles bien sûr ! Mais après avoir réglé le tragique problème précité des naufrages, discutons-en, travaillons-y, sans pour autant développer constamment à ce sujet toutes sortes de fantasmes.
Et je tiens à cet égard à écrire que je suis inquiet de lire les récentes déclarations des dirigeants des « Républicains » et notamment leur volonté de rompre avec les règles européennes en matière d'immigration. À ma connaissance, ce n'était pas la position de Jacques Chirac, ni même de Nicolas Sarkozy. C'est certes la position du Front national rebaptisé Rassemblement national.
Je crains qu'en adoptant ces positions, les Républicains ne fassent son jeu. Ceux qui se reconnaissent dans ce type de thématique préfèrent toujours l'original à la copie
Jean-Pierre Sueur

Jean-Pierre Sueur a interrogé le ministre de la Prévention et de la Santé sur la protection sociale complémentaire des agents publics.
Le ministre lui a répondu.

Jean-Pierre Sueur avait interpellé le ministre de la Fonction publique au sujet des conditions de détachement d’un fonctionnaire au sein d’un groupement d’intérêt public.
Le ministre lui a répondu.

 
C'est une belle, juste et forte décision que celle de l'entrée au Panthéon de Missak Manouchian et de son épouse Mélinée que nous avons apprise ce 18 juin !
Cette décision nous rappelle que nombre d'étrangers – « et nos frères pourtant » – sont morts pour la France dans de nombreux conflits.
Elle rappelle la part prise par les Arméniens et bien d'autres étrangers dans la Résistance.
Oui, c'est une belle, juste et forte décision à l'heure où les polémiques politiciennes sur « les immigrés » en général ne sont pas à l'honneur de ceux qui les entretiennent.
Pour célébrer cette belle juste et forte décision, je ne puis mieux faire que de reproduire ci-dessous l'admirable poème de Louis Aragon mis en musique par Léo Ferré intitulé L’affiche rouge.
JPS

 

Les violences faites à de très jeunes enfants relèvent de la barbarie.
Nous devons dire notre reconnaissance à ceux qui sont intervenus courageusement pour s’opposer aux agissements d’un individu atteint de cette folie meurtrière, notre affection et notre solidarité aux familles touchées si cruellement.
Mais il me paraît indécent, indéfendable, odieux d’utiliser ce drame à des fins politiques.
Comme l’a écrit Florence Chedotal dans La République du Centre, c’est une attitude de « vautours ».
JPS

Jean-Pierre Sueur est intervenu à plusieurs reprises lors du débat au Sénat sur les deux projets de loi sur la Justice présentés par Éric Dupont Moretti.
Il a abordé, dès la discussion générale, deux sujets pour lui essentiels : la compétence universelle du juge français (sur laquelle l’un de ses amendements a été adopté remettant en cause le principe de la « double incrimination » à la suite de la décision récente de la Cour de cassation) et la surpopulation pénitentiaire pour laquelle il a demandé une « régulation », à l’instar du rapport conclusif des États généraux de la Justice.
 

  • Sur la compétence universelle, Jean-Pierre Sueur a fait adopter un amendement
  • Sur la surpopulation carcérale et la nécessaire régulation
>> Lire ses interventions lors du débat
Jean-Pierre Sueur est également intervenu sur :

Jean-Pierre Sueur était l’invité de « Dimanche en politique » ce 11 juin sur France 3 Centre-Val de Loire pour une émission consacrée au Sénat.
>> (Re)voir l’émission (un compte - gratuit - est nécessaire pour y accéder)

Lors du colloque du Mouvement international de la réconciliation que j’ai accueilli au Sénat le 9 juin, Christian Renoux a rappelé la proposition de loi relative à l’éducation à la résolution non-violente des conflits que j'ai déposée le 20 juillet 2011. Cette proposition de loi qu’on lira ci-dessous n’a pas été adoptée. Mais l’essentiel de celle-ci a été repris dans la loi d’orientation présentée par Vincent Peillon promulguée en 2013 qui dispose dans son article 70 que les futurs enseignants devront être formés « à la prévention et la résolution non-violente des conflits. »
En ces temps où la violence est quotidienne, il ne me paraît pas inutile – en effet – de rappeler cette proposition de loi et sa traduction dans la loi toujours en vigueur !
JPS

Le Sénat vient d’adopter un amendement que j’ai déposé, dans le cadre du projet de loi de programmation de la justice, qui est une nouvelle avancée pour la compétence universelle en matière de crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocides.
Comme à de nombreuses reprises depuis une dizaine d’années, j’avais déposé un premier amendement reprenant ma proposition de loi de 2012 qui avait pour objet de modifier l'article 689-11 du code de procédure pénale, inséré dans le code par la loi du 9 août 2010, qui élargit la compétence territoriale des tribunaux français afin de permettre la poursuite et le jugement des auteurs de génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis à l’étranger. Cette proposition de loi avait été adoptée à l’unanimité par le Sénat en 2013.
Cependant, un second amendement, également présenté par moi-même, qui reprenait la formulation de la Cour de cassation dans son arrêt du 12 mai dernier, a été adopté. Il ajoute à l’article 689-11 du code de procédure pénale la phrase : « Sans besoin que la qualification pénale des faits soit identique dans les deux législations. »
Même si je regrette que le Sénat ne soit pas allé plus loin en supprimant dans la loi le principe même de la double incrimination ainsi que l’autre verrou que constitue la résidence habituelle en France, je salue ce vote du Sénat qui permet une première avancée après la décision historique de la Cour de cassation du 12 mai dernier.
J’espère que l’Assemblée Nationale pourra reprendre cet acquis et aller plus loin.
Jean-Pierre Sueur

 

Je connais depuis longtemps la ténacité de Michel Brard. Je garde vivant le souvenir de l’action opiniâtre qui fut la sienne durant les douze années au cours desquelles il fut adjoint au maire d’Orléans chargé des personnes handicapées, et, plus spécialement, des trente ou quarante réunions qu’il organisa avec toutes les associations concernées pour que la première ligne du tramway fût effectivement accessible. Il ne s’agissait pas de vœux pieux ou de déclarations générales. Non ! Il fallait que le matériel roulant, que chaque arrêt, chaque aménagement fussent authentiquement, effectivement accessibles. Ce fut un grand et beau travail, mené centimètre par centimètre.
Devenu président pour le Centre-Val de Loire de la fédération des aveugles et amblyopes de France, Michel Brard s’est engagé dans un nouveau combat : la création d’une Maison de la déficience visuelle ET de l’autonomie – les deux termes sont importants, ils vont de pair –, au 7 rue Antigna – qui fut inauguré ce vendredi 2 juin. Pour mettre en œuvre ce projet ambitieux et unique en France, Michel sut, une fois encore, fédérer les énergies associatives et convaincre les collectivités locales – ville d’Orléans, département du Loiret, région Centre-Val de Loire – qui, dans leur diversité, ont su s’unir et s’engager dans ce projet.

Ce projet, c’est une véritable plateforme de services, pleinement accessible, située près de la station de tramway Louis-Braille – sans doute était-ce prémonitoire ! – apportant tous les concours nécessaires aux personnes atteintes de déficience visuelle, dans les domaines de la santé, de la psychologie, de l’insertion et de la vie sociale. Les différentes activités sont conçues par rapport à la réalité d’aujourd’hui, celle d’un monde où le numérique a pris une grande place, pour ne prendre que cet exemple et où il faut – c’est possible ! – trouver les moyens de permettre l’accessibilité de toutes et de tous, y compris les personnes atteintes de déficience visuelle, à cet univers numérique.
Ainsi, c’est toute une gamme de services et de prestations qui sont offertes par les seize salariés de cette Maison à dimension régionale.
Écoutant les « usagers » de ce nouvel équipement, on mesure combien l’accomplissement des démarches administratives peut être difficile. Chacun sait que c’est loin d’être facile pour ceux qui ne souffrent pas de déficience visuelle et ce doit être l’occasion de mesurer combien c’est pour les personnes atteintes de handicap un vrai « parcours du combattant ».
D’ailleurs, l’inauguration de vendredi a permis de mesurer – exemples et expériences à l’appui – combien les gestes simples de la vie quotidienne pouvaient devenir très problématiques pour des personnes souffrant de déficience visuelle.
J’en conclus que cette nouvelle « maison » sera précieuse pour tous. Il est en effet essentiel que chacune et chacun puisse, dans notre société, se mettre à la place des personnes en situation de handicap. Penser la vie sociale, mais aussi l’urbanisme, en prenant pleinement en compte les difficultés qu’elles rencontrent, c’est tout simplement œuvrer pour une société plus humaine et pour donner tout son sens à ce beau mot de « citoyenneté ».
J’en reviens au tramway. Qu’il soit accessible aux personnes à mobilité réduite, c’est bien pour elles. Mais c’était aussi bien pour tous les usagers, comme on s’en rend compte chaque jour.
Jean-Pierre Sueur
 
 

Jean-Pierre Sueur avait posé une question au ministre de la Prévention et de la Santé au sujet du droit au secret médical pour les mineurs atteints d’hépatite B.
Celui-ci lui a répondu.

Jean-Pierre Sueur vient de publier un nouvel article, illustré de six pages sur Victor Hugo au Sénat, dans Le Médicis, revue de l’Amicale des anciens fonctionnaires du Sénat.

Merci à Sophie Todescato (ci-contre avec Jean-Louis Pierre) qui a bien voulu célébrer, ce mardi 30 mai, dans la librairie « Les temps modernes » à Orléans, le dixième anniversaire des éditions « La guêpine ».
Celles-ci, créées en 2013 par Jean-Louis Pierre, à Loches, peuvent se prévaloir aujourd’hui de l’édition de 41 ouvrages sous deux formats – La guêpine et « La petite guêpine » – de haute qualité, tant pour ce qui est de leur conception que des choix éditoriaux.
La conception : elle est artisanale, les papiers sont beaux, l’impression soignée – et il faut même découper les livres, comme on le faisait naguère, puisqu'ils ne sont pas massicotés, ce qui à mon sens ajoute au désir de lire et au plaisir de la lecture…
Les choix éditoriaux : Jean-Louis Pierre est un amoureux de la littérature, d’abord spécialiste de Ramuz (on lui doit la publication de nombreux inédits), qui a le don de dénicher des textes inconnus ou méconnus. En bref, en cette Touraine, berceau de l’humanisme, c’est avec joie que l’on découvre chaque année des textes qu’il aura sélectionnés pour notre bonheur. J’ajouterai que Jean-Louis Pierre m’a donné la chance de préfacer un article méconnu de Jean Jaurès sur Étienne Dolet : « Le martyre d’un libre-penseur », et récemment, un texte également très méconnu et pourtant fabuleux, de Charles Péguy sur « La Loire ». Christian Massas (photo ci-dessous) nous a fait l’amitié d’en lire des passages lors de l’anniversaire du 30 mai.
JPS
 
 
 

Jean-Pierre Sueur sera l’invité de « Dimanche en politique » sur France 3 Centre-Val de Loire le dimanche 11 juin de 11 h 28 à 11 h 55.

Emmanuel Macron a donc trouvé ce nouveau mot, brandi lors du Conseil des ministres, et dûment rapporté, pour qualifier – on peut, du moins, le supposer – la situation présente.
Qu’il y ait des actes contraires à la civilisation telle que nous la concevons et à la République, c’est évident : on pense immédiatement, après le meurtre de Samuel Paty, à ces maires et ces élus victimes de violence qui ne reçoivent pas toujours – hélas ! – le soutien de l’État, pourtant indispensable – et aussi aux violences de toutes sortes, comme ces crimes commis par des chauffards imbibés d’alcool et sous l’effet de drogues, qu’il faudra requalifier pénalement alors qu’il s’agit aujourd’hui d’actes considérés comme non intentionnels. Je pense bien sûr à ces trois jeunes policiers du commissariat de Roubaix, et à leur famille ainsi qu’à leurs collègues auxquels va toute notre sympathie.
Je pense aussi à la montée des agissements et déclarations de l'ultra-droite et de l’extrême droite. Élisabeth Borne a tout à fait raison de faire remarquer que jamais la présidente du Rassemblement national n’a dénoncé les racines de ce mouvement, ni ce qui lui a donné naissance, ni les propos qui ont été tenus en son nom. Ces racines, qui sont toujours à l’œuvre et qui imprègnent toujours ce parti – faute de claire dénonciation –, sont assurément contraires à notre idée de la civilisation, aux droits de l’homme et à l’humanisme dont se réclame l’esprit républicain.
Il y a là, bien sûr, des combats à mener, une vigilance à assumer, constamment, quotidiennement.
Cela dit, allons-nous vers une « décivilisation », terme qui aurait comme signification le contraire de la civilisation, autrement dit, le retour à un état de sauvagerie, au non droit, ou – ce qui reviendrait au même – la négation des valeurs qui fondent notre civilisation ?
Je ne le crois pas. Et je partage l’analyse de Jean Viard (sur France Info) qui dit que plutôt qu’une négation de la civilisation, ce que nous vivons c’est plutôt une mutation qui nous conduit à une autre civilisation.
Entendons-nous.
Durant les « trente glorieuses » et bien après, nous avons cru à la croissance, au développement de la production dans tous les domaines, de l’accès au plus grand nombre à tous les biens nécessaires à la vie, en passant par la santé, l’éducation, la culture, les loisirs. Ce fut une fabuleuse marche en avant.
Nous voyons aujourd'hui que les temps ont changé, que l’environnement, le climat, l’avenir de la planète sont devenus des préoccupations essentielles et même urgentes.
Foncièrement humaniste, je crois que les humains sauront – en tout cas ils en ont la capacité – surmonter ce nouveau et immense défi. Il faut inventer une autre croissance, repenser nos modes de production, notre consommation. Et il faut en même temps œuvrer pour plus de justice sociale en France, en Europe, dans le monde. Car ce sont les plus riches qui polluent le plus et ce sont les plus fragiles qui souffrent le plus des changements qui affectent notre planète.
Alors je dis non à la « décivilisation » et oui à une nouvelle civilisation relevant les défis d’aujourd’hui dans le respect constant de la justice et de l’humanisme.
Jean-Pierre Sueur

Jean-Pierre Sueur a interpellé Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux, lors de son audition par la commission des lois du Sénat sur la régulation carcérale (afin de mettre fin à la surpopulation qui crée des conditions de détention indignes qui ne facilitent pas la réinsertion des détenus) et sur la compétence universelle du juge français par rapport aux crimes relevant de la Cour pénale internationale (à la suite à la récente décision de la Cour de cassation sur la « double incrimination »).
Voir :
 

Par une question écrite, Jean-Pierre Sueur a interpellé le ministre de la Prévention et de la Santé à propos de la situation économique des cabinets de kinésithérapeutes.

Roger Secrétain a joué un grand rôle dans l’histoire d’Orléans. Il fut résistant, député du Loiret, maire d’Orléans. Il s’investit beaucoup pour la création de La Source et le retour de l’université à Orléans. Journaliste, il fut le fondateur de La République du Centre. Écrivain, on lui doit une vingtaine de livres dont Charles Péguy, soldat de la vérité. Et nombre d’articles dans des revues littéraires.
Il était juste qu’un hommage lui fût rendu à travers un colloque portant sur l’ensemble de ses actions et de son œuvre.
 
Ce colloque, parrainé par la ville d’Orléans, l’Université d’Orléans et La République du Centre, aura lieu le vendredi 16 juin à l’auditorium du Musée des beaux-arts à Orléans, de 9 h à 18 h.
Inscrivez-vous dès maintenant
par téléphone au 06 83 40 32 93
ou par email à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 

La commission des lois du Sénat a décidé d’entendre le maire de Saint-Brévin, Yannick Morez, qui a exposé en détail durant une heure ce qu’il a vécu, les agressions et violences qu’il a subies pour avoir accepté de relocaliser un centre d’accueil des demandeurs d’asile (CADA), exerçant à cet égard une mission pour le compte de l’État, et le manque de soutien de l’État durant cette période, ce qui l’a conduit à donner sa démission.

Voir :

Les insultes et violences à l’égard des maires et des élus mettent en cause la République.
Une pancarte, lors d’une récente manifestation à Montargis, portait cette inscription : « Digeon = exécution ».
Ce fait intolérable vient s’ajouter à trop d’autres
L’État, la République doivent réagir !
Dans l’immédiat, j’ai signé avec six autres parlementaires du Loiret (Anthony Brosse, Jean-Noël Cardoux, Caroline Janvier, Richard Ramos, Stéphanie Rist et Hugues Saury) le texte ci-dessous.
Jean-Pierre Sueur
 
« Samedi 13 mai à Montargis, à l’occasion d’une manifestation organisée par quelques membres du Cercle Pasteur (club de gymnastique), M. Benoît Digeon, maire de Montargis, a fait l’objet de menaces de mort. Derrière une banderole d’ouverture tenue notamment par la présidente de l’association, le député de la circonscription, ceint de son écharpe tricolore, et un élu d’opposition du Conseil municipal, l’un des participants portait une pancarte sur laquelle on pouvait lire : « Digeon = exécution ». Ces faits délétères sont inacceptables, les valeurs de la démocratie sont non négociables. Quelles que soient les circonstances, nous ne pouvons tolérer qu’un élu fasse l’objet de tentatives d’intimidation visant à entraver l’exercice du mandat qui lui a été confié par ses concitoyens. C’est pourquoi nous condamnons fermement ces menaces qui entravent le fonctionnement de notre démocratie. »
 

Des problèmes d’effectifs et de moyens, ainsi que les retards apportés à certaines nominations, dont celle du directeur, ou à la parution de textes réglementaires, ont conduit Jean-Pierre Sueur à interpeller le gouvernement sur l’Agence française anticorruption, dont le rôle est, bien sûr, essentiel, lors de la séance des questions orales du 16 mai au Sénat.
 

Jean-Pierre Sueur a posé deux questions écrites, l’une à la ministre des Universités sur les trop faibles rémunérations des vacataires enseignant dans les universités, l’autre au ministre de l’Éducation nationale sur les très longs délais avec lesquels les indemnités sont payées aux enseignants participant à des jurys d’examen.
Lire :

Pour être intervenu à de nombreuses reprises auprès de Jean-Marie Bockel, président de la commission de reconnaissance et de réparation des préjudices subis par les harkis, pour que la cité de l’Herveline, qui était située à Semoy soit reconnue, je me réjouis qu’elle l’ait été. Celles et ceux qui y ont été accueillis pourront donc solliciter une indemnisation.

 

Je me réjouis de la décision de la Cour de cassation qui lève enfin le « verrou » de la « double incrimination », ce qui permettra que le juge français puisse enfin poursuivre et juger les auteurs de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et de génocide.
Le statut dit de « Rome » donnait dès 2010 aux juges des états signataires, dont la France, le droit de poursuivre et de juger les auteurs de ces crimes.
Mais, dans la législation française, ce droit a été subordonné à plusieurs « verrous » qui lui ôtaient tout effet concret.
Il y avait notamment trois verrous :
  • Le premier sur la « double incrimination » qui impliquait que la France et l’état d’origine de la personne mise en cause aient inscrit la même infraction dans leur code pénal – ce qui supposait donc un alignement de notre droit avec celui de régimes autoritaires et les moins démocratiques de la planète, ce qui était absurde ;
  • Le second verrou était la résidence habituelle en France de la personne mise en cause ;
  • Le troisième était l’exigence que la Cour pénale internationale se désiste explicitement, alors que cela découle naturellement du statut de Rome.
À mon initiative, le Sénat a adopté en 2013 une proposition de loi levant ces trois « verrous » et conférant enfin une « compétence universelle » aux juges français.
Celle-ci n’a jamais été inscrite à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale.
J’ai pu cependant obtenir de Nicole Belloubet (alors ministre de la Justice) que le troisième « verrou » – qui n’avait pas de sens – soit supprimé et également la « double incrimination » pour les génocides, mais pas pour les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité, sans que je puisse obtenir de justification de ces deux exclusions, malgré mes interrogations au Sénat.
Or la Cour de cassation vient par sa décision du 12 mai de supprimer dans tous les cas cette exigence de « double incrimination ». Elle ouvre ainsi la voie à une vraie compétence universelle du juge français.
Les ministres de la Justice et des Affaires étrangères ont publié le 9 février 2022 un communiqué déclarant que dès lors que la justice s’exprimerait à ce sujet, ils seraient prêts à traduire la décision dans la loi.
Notons qu’usuellement, c’est plutôt le gouvernement qui est à l’initiative des projets de loi que les juges se doivent d’appliquer quand ils sont votés et promulgués.
Mais l’essentiel est que cette décision entre dans la loi ainsi qu’une autre – le dernier « verrou » – qui mettra fin à l’exigence de la « résidence habituelle en France » qui est évidemment très restrictive. Comme l’a souvent dit Robert Badinter, il est rare que les criminels visés « résident habituellement » dans un pays où ils risquent d’être appréhendés.
Je prendrai à nouveau toute ma part dans ce travail législatif désormais nécessaire.
Jean-Pierre Sueur

Le maire de Saint-Brevin-les-Pins, Yannick Morez, a été l’objet d’odieuses agressions, allant jusqu’à l’incendie de sa maison. Il y avait eu auparavant des manifestations d’extrême droite.
Yannick Morez a déclaré n’avoir pas reçu l’aide de l’État qu’il attendait en dépit de ses appels.
Pourquoi cette violence ? Parce que l’extrême droite récuse le droit d’asile. Celui-ci a pourtant une valeur constitutionnelle. La République française s’honore d’accueillir sur son sol les êtres humains qui sont l’objet de persécutions et de tortures en raison des idées et des convictions qu’ils défendent.
Il y a un centre accueillant des demandeurs d'asile à Saint-Brévin. Il doit être déplacé. C’est ce qui a suscité les agressions dont ce maire a été l’objet et qui l’ont conduit à remettre sa démission. Nous devons le soutenir. Nous allons le recevoir au Sénat.
J’ai été frappé par ce qui s’est passé à l’Assemblée nationale à ce sujet. Alors que les députés, dans leur grande majorité, se sont levés pour dire leur solidarité à l’égard du maire de Saint-Brévin, ceux du Rassemblement national sont restés assis, et ont ostensiblement refusé d’apporter leur soutien.
Ce faisant, ils ont montré leur vrai visage.
Par leur attitude, ils ont refusé de rendre hommage et d’apporter soutien à un maire victime d’une agression.
Et ils ont évidemment marqué leur opposition à un maire républicain qui soutient le droit d’asile qui est dû aux personnes persécutées, en vertu de la Constitution, des lois de la République et des conventions qui engagent la France.
Alors Madame le Pen peut bien se « dédiaboliser ». Les députés RN peuvent bien tenter de donner le change sur le terrain.
Le naturel revient au galop.
Le Rassemblement national, c’est encore et toujours le Front national.
Jean-Pierre Sueur

Dominique Simonnot, Contrôleure générale des lieux de privation de liberté, dresse dans le rapport annuel qu’elle vient de publier un constat alarmant de la situation dans nombre de prisons et de lieux de détention.
Elle note que le taux de surpopulation atteint aujourd’hui est sans précédent. Il y a 73 080 détenus pour 60 899 places, ce qui se traduit dans les maisons d’arrêt par un taux d’occupation moyen de 142,2 %.
Elle met en cause « les magistrats qui cèdent trop souvent à la facilité d’enfermer, les élus qui, connaissant l’état de nos prisons, appellent à plus de vengeance et d’enfermement, et l’État qui détourne le regard. » Elle dit que la réponse n’est pas dans la construction – toujours différée – de nouvelles places de prison, constatant que « plus on construit plus on remplit. »
Pour elle comme d’ailleurs pour les auteurs du rapport conclusif des États généraux de la Justice, la réponse passe par le développement des peines alternatives à la détention et surtout par la régulation carcérale.
Dominique Simonnot préconise qu’une telle régulation soit effectuée par des commissions locales qui seraient prévues par la loi, qui seraient présidées par l’autorité judiciaire, qui veilleraient à ce que ne soit pas dépassé un taux donné de densité carcérale. Et cela grâce à des sorties, sous la surveillance des juges d’application des peines et des services pénitentiaires, à quelques semaines de la fin pour des personnes qui, de toute façon, recouvreraient bientôt la liberté. Elle ajoute : « C’est ce qui a été fait sans drame aucun lors de la pandémie du COVID quand 72 000 détenus sont devenus 58 000. »
Faute d’une telle régulation, la surpopulation croissante des prisons a pour effet que deux mille personnes environ dorment sur des matelas à même le sol dans des cellules de 9 m² où cohabitent trois personnes, et « pour conséquence directe les violences, un manque d’hygiène, l’entrave aux activités, au travail et à la réinsertion. »
Il est clair en effet que ces conditions de détention ne favorisent pas, loin s’en faut, la réinsertion à la sortie de la prison, et que la France, faute d’avoir traité ce sujet, sera sans nul doute à nouveau condamnée par les instances européennes, alors que d’autres pays comme l’Allemagne, les Pays-Bas et l’Espagne ont pu mettre en place avec succès de telles régulations.
Il est question de cette régulation depuis au moins 2017. Les États généraux pilotés par des magistrats reconnus l’ont clairement défendue. Ce rapport de Dominique Simonnot apporte, en décrivant des faits très précis, de nouveaux arguments.
Je serai de ceux qui ne manqueront pas de revenir à la charge là-dessus à la faveur du projet de loi de programmation sur la Justice qui est annoncé. Jusqu’ici, le garde des Sceaux n’a jamais pris en compte ces perspectives de régulation. Changera-t-il d’avis à la lecture de ce nouveau rapport ?
Jean-Pierre Sueur

Je salue l’action du maire et des élus de Nevoy, des élus du Giennois et des responsables et acteurs des services publics, qui se sont mobilisés, dans des conditions très  difficiles, pour l’accueil du rassemblement de « Vie et Lumière » qui a compté 40 000 participants dans un village de 1 200 habitants.
Je rappelle qu’un engagement a été pris par l’État il y a huit ans. Par cet engagement, pris par le Premier ministre et le ministre de l’Intérieur devant les élus dont j’étais, l’État s’engageait, compte tenu des difficultés rencontrées, à ce que le second rassemblement, qui doit avoir lieu en août ou septembre, se déroule sur un terrain militaire désaffecté qu’il mettrait à disposition.
Cet engagement a été scrupuleusement respecté jusqu’au Covid.
Il ne l’a pas été l’année dernière.
Lors d’une rencontre avec Élisabeth Borne, Première ministre, mon collègue Hugues Saury et moi avons demandé le strict respect de cet engagement, demande confirmée par lettre.
Lors d’une nouvelle rencontre avec la Première ministre, le mercredi 10 mai au Sénat, à laquelle a également participé Gérard Larcher, président du Sénat, qui nous soutient totalement, nous avons réitéré fermement notre demande.
Nous attendons maintenant la réponse de l’État. Il n’est pas vrai que le ministère des Armées ne pourrait  pas mettre à disposition un terrain. Ce qui a été possible les années passées doit l’être cette année. L’État doit tenir ses engagements.
Jean-Pierre Sueur

Jean-Pierre Sueur a interpellé le ministre de la Santé et de la Prévention, François Braun, sur la fermeture des urgences de nuit à l’hôpital de Gien, et sur les conséquences de cette fermeture. François Braun lui a répondu.

Pour avoir été le rapporteur au Sénat de la loi organique du 6 décembre 2013 visant à appliquer l’article 11 de la Constitution sur le référendum d’initiative partagée (RIP) introduit par la réforme constitutionnelle de 2008, et avoir mesuré la complexité de la procédure instaurée, je rejoindrai volontiers ceux qui considèrent que cet article 11 a été conçu… pour ne s’appliquer jamais. Et, de fait, il ne s’est pas appliqué une seule fois depuis dix ans. Le projet de référendum sur la non privatisation d’Aéroports de Paris n’a recueilli que près d’un quart des signatures requises. Et quant aux deux propositions de RIP sur les retraites, elles n’ont pas franchi le stade du Conseil constitutionnel, celui-ci considérant qu’elles n’étaient pas des réformes à la date de leur dépôt, au sens de l’article 11.
Et de fait, la procédure de l’article 11 est un vrai parcours du combattant. Il faut d’abord une initiative de 10 % des parlementaires validée par le Conseil constitutionnel, et puis la signature de 10 % du corps électoral, soit 4 800 000 personnes. Et puis, ceci étant fait, il ne faut pas que les deux chambres du Parlement se saisissent du sujet dans les six mois qui suivront, auquel cas, en dépit des soutiens recueillis, le président de la République ne pourra pas procéder au référendum. Or, il faut rappeler que chaque groupe de l’Assemblée et du Sénat dispose d’un temps réservé et donc de la possibilité d’inscrire tout texte à l’ordre du jour, y compris celui qui a donné lieu au RIP, pour tenter de s’opposer au référendum…
Il faut, à l’évidence, revoir ce dispositif. Je proposerai quelques pistes et quelques questions, sans prétendre présenter une rédaction aboutie. Car je pense que ce sujet mérite une vraie réflexion et un ample débat.
  • Il y a d’abord la question du référendum d’initiativepartagée qui est posée. Certains souhaiteraient que la signature d’un nombre défini de citoyens suffise pour mettre en œuvre la procédure référendaire. Le risque est alors d’aboutir à un conflit entre deux légitimités, celle des citoyens signataires d’une part, et celle des parlementaires – qui représentent les citoyens, d’autre part.
  • Si l’idée de partage me paraît pertinente, il faut à l’évidence faciliter les choses et sans doute réduire le nombre de signatures requises, 4 800 000… paraissant un nombre très important.
  • L’objet sur lequel pourra porter le référendum est un autre sujet : si les matières prévues à l’article 11 peuvent paraître restrictives, il pourrait être problématique de l’étendre à toutes les matières relevant de la loi, prévues à l’article 34 de la Constitution. Là encore, il peut y avoir conflit de légitimité.
  • Dans le cas d’un partage, la réflexion pourra aussi porter sur les modalités d’intervention du Parlement au début de la procédure, comme c’est le cas aujourd’hui, mais aussi à la fin, au risque de donner au Parlement in fine un droit de veto sur l’initiative citoyenne, ce qui pourrait être incompris.
Ce ne sont là que quelques questions. Je conclurai en disant que j’exclus, pour ma part, ce qui fonctionne en Suisse – chaque pays a ses coutumes ! – et qui reviendrait à une gouvernance par voie prioritaire de référendum.
Pour utile qu’il puisse être, le référendum ne permet que des choix binaires.
Or je suis très attaché à la démocratie représentative et parlementaire dans laquelle il revient aux représentants du peuple d’écrire et de voter la loi, ce qui est un vrai travail, chaque phrase, et même chaque mot de la loi pouvant et devant donner lieu à un choix, un vote. Cela appelle de vrais débats, de vraies délibérations en commission et dans l’hémicycle – ce qui est une logique très différente du processus référendaire qui doit cependant rester une possibilité et garder son utilité, comme on l'a vu à plusieurs reprises dans l’histoire de la Cinquième République.
Jean-Pierre Sueur

Puisqu’il est sans cesse question d’une réforme constitutionnelle qui ne voit jamais le jour… qu’il me soit permis d’écrire quelques mots à ce sujet quant à la méthode.
D’abord, une telle réforme supposerait qu’il y ait un projet clair sur la nouvelle orientation proposée. Or, les propos tenus par le chef de l’État depuis six ans ne donnent pas le sentiment qu’il porte un tel projet clairement identifié.
Mais surtout, je pense que c’est à tort que beaucoup considèrent qu’il serait pertinent de faire UNE « grande réforme constitutionnelle », ce qui supposerait un accord sur nombre de sujets. On a vu durant le premier quinquennat d’Emmanuel Macron que cela s’était avéré impossible, avec pourtant une majorité absolue à l’Assemblée nationale et aussi – quoi qu’on ait pu en dire – des possibilités de négociation avec le Sénat.
Avec l’absence de majorité absolue, cela m’apparaît encore davantage hors d’atteinte.
En revanche, pourquoi ne chercherait-on pas à faire DES réformes constitutionnelles dont certaines pourraient recueillir la majorité requise des 3/5e des votants au Congrès ?
La réforme de l’article 11, aujourd’hui d’actualité (lire par ailleurs), et dont chacun voit les limites dans sa rédaction actuelle, serait assurément l’un de ces sujets.
La réforme du Parquet – afin que la France cesse d’être condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme au motif que notre Parquet ne serait pas indépendant – serait un autre sujet. Je rappelle que les deux assemblées ont déjà voté un texte dans les mêmes termes à ce sujet.
L’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie appelle aussi une réforme constitutionnelle dès lors que les parties en présence aboutiraient à un consensus – ce qui n’est pas gagné ! Ce serait un troisième motif de révision constitutionnelle.
Le rééquilibrage de nos institutions en faveur des prérogatives du Parlement induirait d’autres sujets…
Et je pourrais continuer la liste…
…En un mot, plutôt que de parler d’une grande réforme mythique qui n’arrive jamais, ne serait-il pas préférable et plus efficace de choisir une méthode plus pragmatique ?
JPS

Par une question écrite, Jean-Pierre Sueur a interpellé François Braun, ministre de la Santé et de la Prévention, au sujet de la prise en compte de la spécificité du travail des psychologues.
Le ministre lui a répondu.

Sous-catégories

Page 1 sur 38